Le , par
Carrefour Planet : s’il n’ y avait qu’une seule raison d’aller à Lyon…
LES FAITS. Carrefour a profité de la rénovation de deux de ses hypers lyonnais pour multiplier les initiatives autour du lien entre le off-line et le on-line. A voir absolument pour comprendre l’enjeu de cette révolution à venir !
C’est évidemment l’événement de la rentrée : Carrefour qui a présenté à Lyon-Vénissieux et Lyon-Ecully sa vision de l’hyper nouveau (voir Vidéo Grande Conso «Planète Carrefour, ou le retour des univers»). Deux hypers esthétiquement réussis ! Logique. Des mois de travail, quelques millions d’euros investis et le concours de l’agence Malherbe dont l’article n’est aujourd’hui plus à faire. Mais l’essentiel n’est (vraiment) pas là. Non ! S’il n’y avait qu’une seule bonne raison de faire le voyage de Lyon, elle serait clairement dans les nombreuses avancées de Carrefour sur la passerelle entre le off-line (le monde physique du magasin) et le on-line. Ce qui constitue, pour sûr, l’un des enjeux les plus pregnants des années 2010. Les objectifs de ce lien off-line / on-line ? Si nombreux… Assurer la continuité de contact entre l’enseigne et ses clients ;   enrichir la relation-client ; faciliter la compréhension de l’offre ; élargir l’assortiment au-delà des limites physiques du magasin et, ce faisant, reprendre la main vs les webmarchands, la caution d’une enseigne en plus ; ou, plus généralement, accroître les services rendus en profitant de ce terminal numérique – le téléphone mobile – dont la quasi-totalité des chalands sont aujourd’hui équipés. Pour autant, nombre d’expériences sont encore ici balbutiantes, imparfaites même. Un seul exemple : la faiblesse «éditoriale» du contenu lié aux codes 2D présents sur quelques produits est – soyons aussi sévère qu’enthousiaste – affligeante. Mais Carrefour aura eu ce mérite d’avoir su mettre en place, plus largement qu’aucune autre enseigne, ce lien off-line / on-line. Les grandes avancées, quelles qu’elles soient, ont toujours démarré par de petits pas, même hésitants. Et c’est sans doute là, plus qu’ailleurs, que Carrefour a repris son quart d’heure d’avance.
Olivier Dauvers

LES FAITS. Carrefour a profité de la rénovation de deux de ses hypers lyonnais pour multiplier les initiatives autour du lien entre le off-line et le on-line. A voir absolument pour comprendre l’enjeu de cette révolution à venir !

TGC84C’est évidemment l’événement de la rentrée : Carrefour qui a présenté à Lyon-Vénissieux et Lyon-Ecully sa vision de l’hyper nouveau (voir Vidéo Grande Conso «Planète Carrefour, ou le retour des univers»). Deux hypers esthétiquement réussis ! Logique. Des mois de travail, quelques millions d’euros investis et le concours de l’agence Malherbe dont l’article n’est aujourd’hui plus à faire. Mais l’essentiel n’est (vraiment) pas là. Non ! S’il n’y avait qu’une seule bonne raison de faire le voyage de Lyon, elle serait clairement dans les nombreuses avancées de Carrefour sur la passerelle entre le off-line (le monde physique du magasin) et le on-line. Ce qui constitue, pour sûr, l’un des enjeux les plus pregnants des années 2010. Les objectifs de ce lien off-line / on-line ? Si nombreux… Assurer la continuité de contact entre l’enseigne et ses clients ;   enrichir la relation-client ; faciliter la compréhension de l’offre ; élargir l’assortiment au-delà des limites physiques du magasin et, ce faisant, reprendre la main vs les webmarchands, la caution d’une enseigne en plus ; ou, plus généralement, accroître les services rendus en profitant de ce terminal numérique – le téléphone mobile – dont la quasi-totalité des chalands sont aujourd’hui équipés. Pour autant, nombre d’expériences sont encore ici balbutiantes, imparfaites même. Un seul exemple : la faiblesse «éditoriale» du contenu lié aux codes 2D présents sur quelques produits est – soyons aussi sévère qu’enthousiaste – affligeante. Mais Carrefour aura eu ce mérite d’avoir su mettre en place, plus largement qu’aucune autre enseigne, ce lien off-line / on-line. Les grandes avancées, quelles qu’elles soient, ont toujours démarré par de petits pas, même hésitants. Et c’est sans doute là, plus qu’ailleurs, que Carrefour a repris son quart d’heure d’avance.

Olivier Dauvers

On-line

Pour télécharger le PDF de cette Tribune Grande Conso, cliquez ici

Pour ceux qui n’ont pas encore visité Carrefour Planet, cliquez ici pour visionner la Video Grande Conso