Le , par
Prix : pourquoi il faut être placé partout (et c’est Mamie Dauvers qui l’a dit à Rami !)

Prix1

Ma formule est rodée, fruit de 30 ans d’expérience dans le retail : aucun client ne voit tous les prix d’un magasin, mais tous les prix sont vus par au moins un client. Dit autrement, impossible de se relâcher sur un prix, ça sera vu ! Et, pour le client qui vous aura pris en faute, c’est l’image d’ensemble du point de vente, voire de l’enseigne, qui sera atteinte. D’évidence, plus le produit est “pointu”, moins la probabilité est forte. Mais… elle existe. 

Pour l’exemple, prenez une cliente qui, à chaque visite dans un magasin pour son “plein de courses”, achète le même produit (ou la même unité de besoin s’il s’agit d’une MDD). Le temps aidant, cette cliente va, même sans le vouloir, enregistrer un repère prix sur CE produit. Produit qu’elle utilisera comme marqueur d’un magasin à l’autre, sans qu’il s’agisse nécessairement d’un produit star (Coca, Ricard, etc.). 

A présent, remplacez “une cliente” par “Mamie Dauvers”. Remplacez “le même produit dans tous les magasins” par “un sachet de courgettes surgelées” (Oui, Mamie Dauvers avale de la soupe du 1er janvier au 31 décembre et il y a toujours des courgettes, ne me demandez pas pourquoi !). Vous avez donc “LE” repère prix de Mamie Dauvers. Et, pour le coup, elle a manifestement raison de se méfier. A Rennes, dans les trois magasins qui lui sont accessibles, le prix varie jusqu’à plus de 50 % : 0,85 € chez Intermarché (Chantepie, 35), 0,86 € chez Leclerc (Vern) et… 1,35 € chez Carrefour (Cesson). Autant vous dire que l’image prix de Carrefour en prend un coup à chaque fois qu’elle y achète “son” double kilo de courgettes surgelées (et même si “l’histoire” de Carrefour avec Mamie Dauvers a démarré le 15 juin 1963 à Ste-Geneviève des Bois…). Voilà pourquoi, oui, il faut être placé partout. Ou, à tout le moins, traquer les prix “assassins”. Surtout que les outils ne manquent pas pour le faire. Jetez un oeil ci-dessous sur le prix national du sachet d’un kilo de courgettes surgelées…

Prix2

Au-delà du cas de “Mamie Dauvers” à Rennes, c’est bien l’ensemble des clients Carrefour français qui sur-payent les courgettes. Et je n’imagine pas un instant qu’aucun autre client ne l’ait jamais remarqué. Alors, oui, tous n’ont pas eu la chance d’évoquer en direct le sujet avec “Rami”, de passage par Rennes samedi. Mais connaissant à la fois la réactivité de l’homme et surtout l’enjeu (il n’y a rien de pire que les prix “assasins” pour l’image d’une enseigne), j’vous mets mon billet que le prix des courgettes va baisser chez Carrefour dès cette semaine. Et au-delà du patrimoine de la famille Dauvers qui va s’envoler, ne retenez qu’une idée : aucun client ne voit tous les prix d’un magasin, mais tous les prix sont vus par au moins un client. 

 

Prix3-bis