Le , par
Mes samedis “à la ferme”…

MerciIMG_3089

Parce que le sort de la Ferme France est un sujet pour moi (et depuis longtemps, probablement depuis 30 ans et la fin de mes études “agri”), j’y consacre désormais une part croissante de mon agenda. C’est dans ce cadre que depuis 6 ans je dirige le Think Tank AgriAgro des Echos (duquel est née l’initiative #BalanceTonOrigine) et que depuis l’an dernier je m’investis dans la démarche C’est qui le Patron en qualité d’administrateur. Désormais, j’ai choisi de répondre positivement aux invitations d’agriculteurs ou d’organisations syndicales locales pour échanger, débattre, visiter des magasins de manière plus apaisée que les invectives sur les réseaux sociaux. Bref d’être un acteur de l’indispensable rapprochement entre maillons de la filière. Et pas uniquement spectateur. De temps à autre, j’en rapporterai ici quelques “souvenirs”. Comme hier chez Élodie et Denis, éleveurs engagés dans la démarche “Merci” d’Intermarché. Le lait “Merci” est né dans le sillage de C’est qui le patron et de Faire France à la demande des éleveurs de l’organisateur des producteurs de la Laiterie Saint-Père (la laiterie d’AgroMousquetaires) : 88 centimes vendus aux consommateurs, 44 centimes à l’éleveur. Alors, oui, toute la production d’Élodie et Denis (1,45 million de litres), n’est pas payée à ce niveau là mais uniquement les quantités valorisées dans la gamme “Merci”. Ce qui représente tout de même 20 % de la production. Et participe déjà au bonheur du couple d’éleveurs. 

Au passage, j’ai découvert une exploitation où la robotisation améliore considérablement les conditions de travail. En voici la visite vidéo (sous le vent !) dans le cadre d’une nouvelle déclinaisons des publications de la maison : En AMONT de la CONSO. 

OD

Et pour ceux (dans l’amont de la filière) qui voudraient me payer un café un samedi pour échanger, confronter, imaginer des voies de progrès, ça sera avec plaisir…