Le , par
Pourquoi Carrefour condamne (logiquement) Carrefour Bio…

Sans titre-1

C’est une info de mon p’tit doigt, publiée samedi sur mes fils Twitter (@Dauvers70) et Linkedin : Carrefour va donc cesser l’exploitation de l’enseigne Carrefour Bio (32 magasins à date), au profit de Bio c’ Bon. En inaugurant le mois dernier le premier Bio c’ Bon version Carrefour, Benoit Soury, le M. Bio du groupe, n’avait pas caché être en réflexion. Un euphémisme pour qui savait lire entre les lignes ! Dans la dernière livraison de VIGIE GRANDE CONSO*, j’avais titré “Carrefour devra sacrifier Carrefour Bio“. Mais ce qui n’était qu’une analyse est donc désormais une information. Même les fournisseurs ont été prévenus. 

Carrefour condamne donc logiquement Carrefour Bio. Pourquoi ? D’abord, Carrefour bio n’est pas parvenue à être une enseigne de destination. En cause, probablement : une politique marchandises de type GMS avec les marques bio de la grande distribution et une MDD elle aussi typée GMS. En clair, comparé au “bio de supermarché”, Carrefour Bio n’apporte rien (comme Leclerc Bio ou, en son temps, Auchan Bio). Et les bio-addicts vont voir ailleurs ! Surtout que Carrefour a désormais de quoi les accueillir… ailleurs, ce qui constitue la seconde raison à l’arrêt de l’expérience.

Depuis l’acquisition de So Bio en 2018, Carrefour tente de constituer un pôle “bio spécialisé” (par opposition au “bio GMS”) pour s’imposer à terme aux côtés de Biocoop. Il y a eu par exemple le rachat de BioAzur et, surtout, la reprise de Bio c’ Bon et sa centaine de magasins moyennant 60 millions d’euros auquel se rajoute une dizaine de millions pour les rafraîchissements. Ce faisant, Carrefour dispose donc de deux enseignes avec deux positionnements différents : urbain et sur de petites surfaces pour Bio c’ Bon (comme Carrefour Bio) ; implanté dans des villes moyennes sur un format supermarché pour SoBio. Les deux étant appelées à se développer en franchise (notamment via les adhérents U pour SoBio, eu égard à l’alliance plus globale entre les deux groupes) pour atteindre 400 millions de CA fin 2022. Autant dire que Carrefour peut – sans casse, mais même avec un certain succès à venir – transformer ses Carrefour Bio en Bio c’ Bon, en escomptant donc qu’ils deviennent des magasins de destination. 

* VIGIE GRANDE CONSO est la veille de référence sur le retail que nous publions chaque mois depuis 13 ans. Notre ambition ? Le plus haut niveau d’analyse du retail et des études inédites. Numéro découverte sur demande ici >> 

Bloc promo newsletter Vigie