Le , par
Des patrons bien loquaces !
Des patrons bien locaces !
Le début de l’année est une période généralement propice aux interviews de grands patrons. Et pour cause… Alors que la fin des négociations approche, ils ont des messages à faire passer aux industriels. Après Michel-Edouard Leclerc dans le Figaro (20 janvier), c’est donc au tour de Serge Papin, président de Système U de s’épancher dans l’hebdomadaire LSA. Chaque année, c’est le même défi pour les U : comment se rapprocher des conditions d’achat des meilleurs, sans en avoir la taille ? Réponse : en se faisant le meilleur ami des marques ! Ainsi peut-on apprendre dans LSA que Système U est «la seule enseigne dont le chiffre d’affaires réalisé avec les marques nationales a augmenté. Le marché des marques nationales est à – 1,1 % quand nous sommes à + 1,8 %». Et pour les mal-comprenants, Serge Papin  enfonce le clou : «Nous comptons améliorer nos conditions d’achat auprès des industriels. Rares sont les distributeurs qui peuvent offrir aux industriels notre niveau de croissance» (+ 3,3 % en 2009). Et, de fait, dans les négos, les industriels «achètent» soit la taille soit la croissance. C’est ce que Serge Papin voulait rappeller aux quelques comptes-clés qui l’auraient oublié !
Le début de l’année est une période généralement propice aux interviews de grands patrons. Et pour cause… Alors que la fin des négociations approche, ils ont des messages à faire passer aux industriels. Après Michel-Edouard Leclerc dans Le Figaro (20 janvier), c’est donc au tour de Serge Papin, président de Système U de s’épancher dans l’hebdomadaire LSA. Chaque année, c’est le même défi pour les U : comment se rapprocher des conditions d’achat des meilleurs, sans en avoir la taille ? Réponse : en se faisant le meilleur ami des marques ! Ainsi peut-on apprendre dans l’interview que Système U est «la seule enseigne dont le chiffre d’affaires réalisé avec les marques nationales a augmenté. Le marché des marques nationales est à – 1,1 % quand nous sommes à + 1,8 %». Et pour les mal-comprenants, Serge Papin  enfonce le clou : «Nous comptons améliorer nos conditions d’achat auprès des industriels. Rares sont les distributeurs qui peuvent offrir aux industriels notre niveau de croissance» (+ 3,3 % en 2009). Et, de fait, dans les négos, les industriels «achètent» soit la taille soit la croissance. C’est ce que Serge Papin voulait rappeller aux quelques comptes-clés qui l’auraient oublié !