Le , par
Une caissière ou une machine ?

Hier samedi, des courses en hyper. Et une « tranche de vie » qui m’interroge sur le rôle des caissières et de leur volonté même de résister à la vague déferlante des SCO (self check-out)… C’est donc presque la fin de l’encaissement. La cinquantaine d’articles de mon chariot ont été scannés, ne reste plus que le paiement. Une formalité subitement interrompue par l’arrivée d’une nouvelle caissière dont la mission est précisément de remplacer « ma » caissière. Laquelle me laisse donc en plan : « C’est ma collègue qui va terminer ». Double sous-entendus : 1) sa pause ne peut pas attendre 30 secondes supplémentaires (le temps estimé de l’encaissement) ; 2) il n’y avait donc aucune « relation » client-caissière (contrairement à ce que prétendent les zélés défenseurs de l’humanisation du poste) puisque l’idée de m’abandonner en cours de « relation » ne lui pose visiblement aucune difficulté. En clair, ma caissière n’était donc en fait déjà… qu’une machine.