Le , par
Revue de presse : il fallait le lire…

La semaine de rentrée est aussi l’occasion de rattraper le retard de lecture de l’été. Pour tout vous dire, j’aurai franchement regretté de ne pas lire l’interview du député Patrick Ollier au Figaro. C’était le 4 août. Et c’était surtout un formidable résumé de l’ignorance et de l’hypocrisie des politiques dès qu’ils s’intéressent d’un peu près (et sans être “bordés”) au monde de la grande conso. Le député y revient sur le “scandale des marges arrières”, oubliant évidemment qu’il l’a créé puisque, en son temps, il vota la loi Galland laquelle a précisément engendré le principe même d’une marge non répercutable au consommateur. Et pour justifier son “rappel à l’ordre aux distributeurs”, le voilà lancé dans un parallèle toujours très approximatif : d’un côté cinq centrales d’achat, de l’autre des dizaines de milliers de fournisseurs. La ficelle est de toute façon tellement grosse que, quand bien même Patrick Ollier apprenait qu’il existe en fait… 7 centrales d’achat (et encore, sans compter le hard-discount allemand), le parallèle serait tout aussi frappant. Parce qu’il est comme toujours très approximatif. Derrière ces “dizaines de milliers de fournisseurs” se cachent une poignée de multinationales incontournables (et avec lesquels les enseignes entretiennent des rapports beaucoup plus… équilibrés que Patrick Ollier ne le suggère) et une armée de PME ou TPE. Mais la nuance a visiblement échappé au député. Ah oui, j’oubliais, il est par ailleurs Président de la Commission des affaires… économiques.