Le , par
Le (presque) face-à-face avec Jean-Michel Lemétayer

LemetayerDepuis de nombreuses années, d’estrades en tribune (grande conso), je ne cesse de mettre en cause la responsabilité de l’Etat dans le malheur des paysans lorsque le syndicat majoritaire (comprendre la FNSEA) ne pointe que la grande distribution. Aussi, lorsque France 3 Ouest m’a proposé d’interpeller Jean-Michel Lemétayer dans le cadre de son émission politique du samedi matin (11h-12h), j’ai évidemment sauté sur l’occasion. Le brief était clair : poser une question qui dérange. Ca va, je sais faire ! Inimaginable donc de se débiner devant l’auto-proclamé « paysan en chef ». D’autant que ma formation agricole, couplée à une observation désormais bien longue des pratiques commerciales, me permet de revendiquer une vision pas complètement infondée de la réalité. Mon seul regret : le format de l’émission. La question est enregistrée à l’avance et ne permet donc aucun « droit de suite ». Mais je compte sur mes confrères de France 3 pour ne pas se satisfaire d’une réponse trop à côté du sujet.

La question donc que j’ai enregistré :

« Jean-Michel Lemetayer, vous pointez régulièrement du doigt la grande distribution, souvent avec véhémence, parfois même avec une certaine forme de violence. Pourquoi ne pas être aussi “violent” envers les pouvoirs publics qui sont tout de même responsables d’avoir laisser se creuser les distorsions dans les conditions de production entre pays ? Car, finalement, ne pourriez-vous pas partager cet avis que la grande distribution ne fait qu’utiliser des règles du jeu fixées par les pouvoirs publics ? »

En filigrane, les plus avertis des arcanes du syndicalisme agricole auront compris qu’il s’agissait de suggérer le jeu du « je te tiens / tu me tiens » qui prévaut depuis des décennies entre les pouvoirs publics et la FNSEA et qui a empêché ce syndicat de poser les véritables problèmes du monde agricole. Donc d’y apporter les solutions.

Pour tout vous dire, je suis pressé d’entendre la réponse de Jean-Michel Lemétayer !