Le , par
La vraie vie est là !

Une fois n’est pas coutume, je n’écrirai pas le billet du jour ! Je le laisse à une lectrice du magazine que j’édite sur Rennes, RENNES CONSO (130 000 ex mensuels, axé sur la conso). Evidemment, elle ne m’a pas écrit pour que je web-diffuse son commentaire. Mais il vaut son pesant de peanuts et devrait donner à méditer ceux qui croient encore que le client ne voit rien… Accrochez-vous, c’est du lourd. Et soyez indulgents pour les quelques approximations d’orthographe ! L’essentiel n’est pas là.

Bonjour,

je lit régulièrement le magasine Rennes Conso et quand j’ai relevé une anomalie de prix conséquente, je me suis dit qu’il serait bon de vous informer.
Dans la pub leclerc du 29 sept au 9 octobre, le paquet de Faritas original de 500g est au pris de 4.90€ pour 500g avec 40% de réduction immédiate. J’achète se produit qui n’est pas en bout de gondole mais dans le rayon, je vérifie que c’est bien des Faritas original à 500g. En regardant le ticket de caisse je m’aperçoit que ce même paquet est passé à 5.68€, et qu’il n’as pas de réduction de 40%. Je vais à l’accueil du magasin leclerc de XXX XXXX, et la dame m’explique gentiment que la réduction n’est valable que sur les produits en bout de gondole… Je trouve que cette pratique n’est pas normale, il restait des paquets dans la gondole, alors pourquoi une telle différence de prix en même temps pour des produits strictement identiques !

Peut-être avez vous déja relevé ce fait. En tout cas votre magasine est très bien fait et très intéressant. Bonne journée.

Anaïs XXXX

Que rajouter ? Que répondre ? Que les deux produits n’ont pas le même gencod (alors qu’il s’agit de la même unité de besoin) et que le chaînage n’a pas été fait. J’ai peur qu’Anaïs n’ait que faire de l’explication technique à ce qui est d’abord un problème commercial ! Plus que d’autres, Leclerc se doit d’être irréprochable dans l’exécution du prix. Car la confiance est à ce prix. Leclerc a la meilleure image-prix de la distribution, a probablement une excellente agence et un patron communiquant à souhait. Mais à quoi tout cela sert-il si l’exécution en point de vente est défaillante à ce point ? Ce qui n’est hélas pas une exception. Mon expérience en magasins me le prouve. Le tout, à chaque fois, sans que les patrons de magasin n’en soient conscients. Pourquoi ? Parce que, eux, regardent le magasin à un niveau macro alors que le client le regarde, lui, à un niveau micro. Si vous doutez de la réalité du décalage que je décris, relisez le témoignage d’Anaïs.