Le , par
Tribune / La suite…

Certains d’entre-vous, lecteurs pointilleux de la Tribune Grande Conso, m’ont interpellé hier sur le sens du “A moins que…” au terme de l’encadré dans lequel je m’interrogeais sur le fait de savoir si les marques étaient les complices ou les victimes d’une opération de remise immédiate à hauteur de 50 %. Revoici l’encadré pour les étourdis…

MARQUES :
COMPLICES OU VICTIMES ?
Les marques sont-elles complices (par leur financement) ou «victimes» de la promotion ? En théorie, la remise immédiate suppose un contrat de mandat signé de la marque. Faute de quoi, le risque (pour l’enseigne) de revendre à perte est réel. Donc inimaginable. Tout aussi inimaginable l’assentiment de marques aussi puissantes que Coca-Cola, Carte Noire, Nutella ou Skip pour une opération à – 50 %. A moins que…

MARQUES : COMPLICES OU VICTIMES ?

Les marques sont-elles complices (par leur financement) ou «victimes» de la promotion ? En théorie, la remise immédiate suppose un contrat de mandat signé de la marque. Faute de quoi, le risque (pour l’enseigne) de revendre à perte est réel. Donc inimaginable. Tout aussi inimaginable l’assentiment de marques aussi puissantes que Coca-Cola, Carte Noire, Nutella ou Skip pour une opération à – 50 %. A moins que…

A moins que…, fallait-il donc comprendre, que les marques soient nettement moins fermées à ce genre d’opérations qu’elles ne veulent bien le laisser croire. Le risque est certes réel de dégrader une part de l’image premium, mais l’opportunité est là, énorme, de doper les volumes. Et que croyez-vous que soit la vérité ? Dans les quelques cas que mes connaissances, ici ou là, m’ont permis de valider, il y avait bien eu contrat de mandat signé par la marque…