Le , par
Nestlé-Carrefour : qui pourrait racheter qui ?

Ce matin, coup de fil au patron d’une enseigne française pour préparer son intervention aux prochaines journées de l’IFM (je vous reparle lundi de ce rendez-vous immanquable que j’affectionne particulièrement). La conversation dévie sur le poids respectif – et la rentabilité – des industriels et des distributeurs. Et sous forme de boutade évidemment, mon interlocuteur me lance : “Je suis sûr que Nestlé pourrait racheter Carrefour mais que Carrefour ne pourrait pas se payer Nestlé”. A l’occasion, je me promets de vérifier ça ! Car je trouve l’idée intéressante pour résumer la performance économique des distributeurs et des industriels.

PS : pour ceux qui auraient déjà consulté le programme de l’IFM (voir ici), mon interlocuteur de ce matin n’était pas Lars Olofsson, pourtant intervenant aux prochaines journées de l’IFM. Dommage ! Son “double cursus” Nestlé et Carrefour aurait permis de trancher le débat !!!