Le , par
Le développement durable, jusqu’où ?

DécisionsDurablesRevue de presse dans l’avion pour les Etats-Unis. Au menu, Décisions Durables, « le magazine du management durable ». Pour être honnête, pas ma lecture prioritaire au quotidien, mais toujours très intéressant quand « j’investi » le temps nécessaire. L’interview de l’aventurier Bertrand Piccard est passionnante, même si la fin du papier me laisse plein d’interrogations. Dernière question du journaliste : « Quel regard portez-vous sur l’humanité ? ». Réponse : « Quand on voit ce que les êtres humains sont capables de faire, c’est extraordinaire ! Quand on constate l’utilisation de notre potentiel, on frise le ridicule… ». Et Bertrand Piccard de prendre un cas précis pour illustrer sa pensée : « Je suis admiratif de la technologie pour le tunnel du Mont Blanc. Mais quand je vois les camions de Perrier qui vont de France en Italie croiser ceux de San Pellegrino qui vont d’Italie en France, je suis atterré ! ». L’image est frappante, évidemment. Mais tellement facile. Presque indigne du niveau de réflexion attendue de Bertrand Piccard, dont j’espérais plus. Car si Perrier et San Pellegrino sont un problème, les Normands qui avalent un roquefort ou les Aveyronnais qui se payent un camembert en sont aussi un ! La question soulevée par Bertrand Piccard est essentielle : c’est la logique de l’autarcie vs la logique de flux. Une réflexion passionnante à l’évidence. Mais qui va quand même plus loin que le cas Perrier-San Pellegrino, non ?