Le , par
Bilan promo 2010 (1) : les enseignes remettent la pression

PromoFlash1slideAprès une série de cartes postales depuis Charlotte (Caroline du Nord, USA), redevenons (très) sérieux et franco-français avec le bilan promo 2010, extrait de l’étude PromoFlash, réalisée conjointement par Editions Dauvers et A3 Distrib. Principale conclusion de l’étude : la pression promotionnelle a repris sa progression en 2010, après une stabilité en 2009. Mesurée en intégrant le nombre d’OP promotionnelles, le nombre de références et le nombre de magasins relayant les OP, la pression promo a bondi de 7,4 % l’an dernier. Et ce, alors que le nombre d’OP a plutôt baissé. Ce qui signifie mécaniquement que les enseignes ont accru le nombre de références par prospectus. Deux exemples : Carrefour et Auchan. Carrefour a rajouté en moyenne 54 UB sur ses tracts qui atteignent désormais 355 références. Même tendance donc pour Auchan : + 43 réf à 393.

Autre signe de l’agressivité promo : la montée en puissance tout au long de l’année. Au T1, la pression progressait de 3,3 % (vs T1 2009). Puis 6,4 % au T2, 7,8 % au T3 et enfin 9,9 % au T4.

Côté enseignes, Carrefour est toujours (et de loin) le premier investisseur promo. Non seulement, les 5 OP les plus puissantes de l’année sont toutes signées Carrefour. Mais l’enseigne a accru son effort de 16 % et détient désormais 26 % de part de voix. Soit plus de deux fois sa part de marché. C’est d’ailleurs l’une des exclusivités de l’étude PromoFlash : la mesure de l’intensité promo relative. En clair, le niveau d’investissement des enseignes corrélé à leur surface commerciale. Résultat : à mètre carré comparable, Carrefour investit 60 % plus que Leclerc. Pour un niveau de performance commerciale à peu près inverse. Preuve que la promo ne fait pas tout !

Le bilan Promo 2010 en un slide, c’est ici

Et pour recevoir un abstract gracieux de l’étude PromoFlash 2010, c’est là