Le , par
Revue de presse (2)

Faut aussi lire Marianne. Le “dossier noir” de la grande distribution. Un dossier-marronnier (parce qu’il revient régulièrement) et dramatisé par principe. Après tout, les distributeurs sont, par construction, de sacrés voleurs. D’ailleurs, leurs marges sont colossales. “Et si la grande distribution se décidait enfin à rogner sur ses marges pour en redistribuer un peu à ses clients et donner de l’air à ses fournisseurs”, interroge Jean-Claude Jaillette, l’auteur de l’article. Ben ouais tiens. Bonne idée. Il les connaît d’ailleurs les marges  de la distribution Jean-Claude Jaillette ? Visiblement pas. Tout comme il semble fâché avec le B.A.-ba de l’économie. Ne lui en déplaise, “les loyers considérables pour l’utilisation des bâtiments” (c’est lui qui le dit) sont bien dans les comptes des enseignes. Exemple chez Casino, le groupe qui a pourtant sans doute poussé le plus loin la valorisation immobilière. Loyer compris, Casino a dégagé 1,3 % de marge nette en 2010.

Entendez-moi bien quand même. Pas question de défendre sans esprit critique les enseignes. Un brin d’humanité supplémentaire dans leurs relations commerciales ne seraient franchement pas de trop. Un quelque chose en plus de prévenance non plus. Parfois même, c’est sur la surface de vente qu’il s’agit d’être plus “pro” pour éviter les promesses non tenues ou les erreurs grossières (dont je me délecte par ailleurs dans Tranches de vie commerciale). Pour autant la distribution ne ressemble généralement pas au portrait qui en est fait. Ce dossier de Marianne n’y échappe pas, utilisant des ficelles aussi grosses qu’indigestes. Le tout teinté d’une mauvaise foi affligeante pour un journal qui place souvent la morale – et notamment politique – au coeur de ses analyses. Que les faits publiés soient exacts (ce dont je ne doute pas lorsqu’il sont étayés, notamment par des reproductions) ne suffit pas pour en faire une vérité universelle.