Le , par
Carrefour Planet, 333 jours après… (2)

Cher Noël Prioux,

Vous étiez à Lyon vendredi dernier m’a-t-on dit pour (re)visiter Carrefour Planet. Par expérience, la visite d’un « grand patron » est toujours un événement marquant. Aussi, j’apporte crédit à l’information de votre présence ! De même, ai-je compris que vous ne partagiez pas l’intérêt de la nouvelle organisation de la culture (à Ecully), notamment des livres. C’est vrai, le nouveau mobilier doit singulièrement limiter le nombre de références disponibles. Mais, pour autant, jai trouvé la perspective offerte par ces meubles bas flatteuse et la grande zone média (incluant donc livres et CD) assez réussie (voir ici pour la photo).

1Mais passons aux choses qui fâchent, vous n’en attendez pas moins d’un œil extérieur (auquel, je le reconnais, vous n’avez rien demandé ;-)). Un œil littéralement horrifié par tant de défauts d’exécution du prix. Pourquoi vous sensibiliser à ce point ? Parce qu’il est, selon moi, l’un des trois piliers du « Penser-Client » avec l’exécution de l’offre (rendre lisible et compréhensible l’offre) et l’expérience-client (ce que l’on donne à vivre à ses clients). Et que le prix est une information dont le client ne peut se passer. Autant, donc, qu’il la comprenne. Dit encore plus directement : les efforts de concept seront toujours vains si les basiques du métier sont négligés. C’est le sentiment qui prédomine ici à Lyon. Acceptez de feuilleter les quelques photos jointes comme autant de pièces d’une conviction finalement assez simple à  formuler : le premier des chantiers de Carrefour, avant la couleur du mobilier ou l’orientation des spots, est celui de l’exécution.

A votre disposition (toute bénévole, voyez, je n’ai même rien à vous vendre !) pour illustrer in situ cette conviction.

Olivier Dauvers

PS : à la vue de ces quelques photos, la réaction la plus évidente est connue : l’appel aux directeurs concernés pour leur rappeller “virilement” leurs obligations. Ce serait juste nier que le problème de l’exécution en point de vente dépasse largement les 3 magasins évoqués (il ne concerne d’ailleurs pas que Carrefour). Il s’agit bien d’un projet managérial global qui, appliqué en local, se matérialise en 2 mots simples : le Penser-Client.

Pour télécharger le dossier photos sur l’exécution du prix, c’est ici