Le , par
Qui trop écrit, raconte des conneries

LesbullesEn magasin, le risque de « trop en dire » est réel. C’est d’ailleurs souvent le travers des agences design (Carrefour Planet et, plus anciennement, Intermarché Mag 3 en témoignent). Pourquoi est-ce risque ? Parce que le magasin bouge, les assortiments aussi, alors que les écrits sont figés. Et quand aucun employé n’y prête attention (ce qui est souvent le cas), le bel écrit d’origine en devient ridicule. Retour chez Carrefour Planet pour l’illustrer. La gondole des boissons aux fruits plates (Oasis, Tropico, MDD) est sur-titrée « Les bulles, pour le plaisir ». Probablement parce qu’à l’origine y étaient placés les sodas. Le plus pertinent eût donc été de s’abstenir d’écrire. Car qui trop écrit finit toujours par raconter des conneries. Je m’arrête donc là ;-)