Le , par
C'est des oranges à jus ça, Papa ?

OrangeNavelinaSamedi, courses familiales. Au premier sens du terme puisque j’avais décidé de “convier” mes trois enfants à l’exercice. Dès l’entrée, je croise le patron de l’hyper qui comprend illico que je ferai sans doute plus que mes courses… “Pas de photos, hein ?“, me glisse-t-il, rieur. “Non, non, sauf si…“. Le “sauf si” se présente au fruits et légumes. Et une nouvelle illustration de l’intérêt pour le commerçant de parler la langue de ses clients pour espérer se faire comprendre. C’est juste l’un des piliers du Penser-Client, ma marotte. Exemple ici, donc, avec les oranges. Alors que je demande des oranges à jus à mon fils, celui-ci m’interroge en me montrant l’ardoise : “C’est des oranges à jus ça, Papa ?“. Lui ne sait visiblement pas si la navelina est une variété “à jus” ou “de table”. Et le commerçant a juste négligé de se mettre à la place de son client.