Le , par
Les PME, évidentes victimes de la LME

PMEC’est l’un des slides que j’ai présentés à Serge Papin (Système U) et Gilles Charpentier (président de la FEEF) dans le cadre des récentes Journées Annuelles de l’IFM. Sur la base de l’étude annuelle Nielsen/FEEF sur la place des PME en hypers/supers, il présente à la fois le poids des PME en chiffre d’affaires et en place dans l’assortiment. Dans les deux cas, les PME perdent du terrain. Et pas qu’un peu ! L’explication : la fin de la loi Galland qui, l’air de rien, les protégeait bien davantage que la LME. La LME a en effet redonné le goût du combat sur les prix aux enseignes. Lesquelles se battent principalement sur les grandes signatures des rayons, qui appartiennent rarement aux PME. Conséquence : le prix des grandes marques baissent, deviennent plus attractifs et les ventes progressent. A l’inverse (et parce qu’il faut bien se rattraper…), les enseignes surmargent les marques challengers, ce qui les rend encore moins intéressantes aux yeux des consommateurs. DSCN0476-2-BDExemple ici sur le marché des rillettes. Bordeau-Chesnel à 1,48 euro est environ 40 % moins cher que son “prix loi Galland”. Comme dans le même temps la marque challenger a subi le mouvement inverse, le choc en rayon est violent. Au détriment des PME donc.