Le , par
Les Tribulations

TribulationsSéance cinéma hier soir. Les Tribulations d’une caissière, inspiré du livre d’Anna Sam, “la caissière de chez Leclerc” pour paraphraser Elmer Food Beat (on est dans la culture, restons-y / en plus, autant vous le dire, suis fan depuis 20 ans). Donc voilà le film après le livre et la BD. Un bon p’tit moment même si le film est plus éloigné de l’ouvrage d’Anna Sam que je ne l’avais compris. Après tout, peut-être faillait-il une (grosse) louche de romantisme un peu guimauve pour faire des Tribulations un film vraiment grand public ! Parce qu’autant vous le dire, ça roucoule autant que ça encaisse. Dans le même temps, le film est aussi plus zolaien que le livre d’origine. D’ailleurs, le film démarre sur un gros plan du Bonheur des Dames (de Zola) dans la neige. Et au passage, j’offre un (modeste) ouvrage Editions Dauvers au premier qui me propose au moins un parallèle existant entre Au Bonheur des Dames et Les Tribulations, ce qui explique sans doute la présence du livre au début du film.

PS : le hasard faisant sacrément bien les choses, je déjeune ce midi avec celui qui fût (dans la vraie vie commerciale) le patron d’Anna Sam, ici à Rennes. J’ai hâte d’avoir ses impressions. Et, s’il m’y autorise, je vous en reparle plus tard.