Le , par
JDD, Carrefour : complément de texte

Capture d’écran 2012-01-29 à 21.58.00Papier sur Carrefour et l’arrivée (presque) annoncée de Georges Plassat, ce matin dans le Journal du Dimanche. Un papier bien “angulé” comme on dit dans le métier. Je l’avais d’ailleurs souligné à Bruna Basini (l’auteur de l’article) samedi lorsqu’elle m’a appelé pour évoquer le sujet. Depuis mercredi et “l’indiscrétion” de Linéaires.com, la question se pose souvent de savoir si Georges Plassat sera, le cas échéant, le “bon homme”. Mais il y a une seconde question bien plus ambitieuse : au-delà de la qualité de l’homme (que je confirme, ayant régulièrement eu l’occasion de le cotoyer ces 15 dernières années), le modèle Carrefour est-il encore sauvable ? Et si j’ai longuement conversé avec Bruna Basini hier, c’est bien parce que je trouve, qu’une fois passé l’effet de pré-annonce, elle pose la bonne question !

Ma vision est claire là-dessus. Alors, la citation qu’elle m’attribue ce matin dans le JDD est donc à la fois fidèle à ma pensée et très structurée : Les grandes surfaces sont de moins en moins légitimes. Cela dit, Carrefour peut se débrouiller pour être le dernier à survivre. Et c’est pour répondre aux quelques SMS reçus aujourd’hui que je voudrai y revenir. Oui, les grandes surfaces sont de moins en moins légitimes sur le marché. La décrue d’ensemble du non-al en hyper (certains s’en sortent mieux que d’autres mais la tendance est claire) en est l’illustration incontestable. Pourquoi ? Parce que le e-commerce l’est davantage. Et simplement parce que, souvent, il apporte davantage et, régulièrement, pour moins cher. L’histoire du commerce est à ce titre implacable ! Souvent, me baladant en hypers (ce qui m’arrive si souvent, mais ai-je besoin d’argumenter ?), je me pose au hasard dans un rayon non-alimentaire et je m’interroge : ce rayon-là existera-t-il toujours dans son ampleur dans 10 ans ? Faites cette expérience, en anticipant le comportement futur du client, autant qu’on puisse le prédire… Vous répondrez probablement comme moi à cette question. Et vous comprendrez alors la première partie de ma citation “les grandes surfaces sont de moins en moins légitimes“. Et j’ajoute d’ailleurs : l’hyper est déjà en bonne voie de disparition, dans le concept qui le définit historiquement : “tout sous le même toit”. Evidemment pas si on considère l’hyper uniquement comme une grande surface !

Seconde partie à présent : “Carrefour peut se débrouiller pour être le dernier à survivre“. Là, il faut accepter l’idée que le sujet dont nous parlons est vivant, mouvant, et que les dynamiques en question doivent se mesurer en longues années, peut-être en dizaine d’années. Souvenez-vous : les grands magasins ne sont pas passés du stade de forme de vente dominante du commerce français au début du 20e siècle à la marginalité commerciale en quelques saisons. Non ! En environ 50 ans… Donc le mouvement enclenché est long. Très long. Il y a donc à la fois des questions à se poser (cf partie 1 de ma citation) et des affaires à faire en attendant !. Et Carrefour est tout à fait fondé à escompter résister mieux que les autres. C’est donc le sens de la partie 2. Vous l’avez compris (et je réponds ainsi aux messages reçus), j’assume 100 % de la citation, aussi réductrice soit-elle.