Le , par
Revue de pub

MorteauVendredi dans Libé. La saucisse de Morteau fait de la retape. Pas très finement, il faut l’avouer. Sur le moment, je me rappelle cette question qui a fait la “une” de la presse jeudi à l’occasion d’un procès à Paris : les sex-toys sont-ils des objets pornographiques ? Ce qui interdirait, de fait, l’ouverture de love-stores nouvelle génération à moins de 200 mètres d’une école. Assumant connaître ces love-stores, je veux bien aider les juges dans leur délibération : il y a bien plus de vulgarité dans cette publicité (tirée à plus de 140 000 exemplaires dans un journal accessible à tous) que dans ces boutiques coquines. Et qu’on ne me reproche pas d’avoir vu dans cette pub ce qu’il n’y avait pas à voir…