Le , par
De bons vieux verbatims (1)

En 2004, avec mon compère de Linéaires Frédéric Carluer-Lossouarn, je m’étais penché sur l’histoire du commerce. Nous avions alors publié La Saga du Commerce français (ouvrage épuisé, donc fausse publicité !). Pour l’exercice, j’avais lu, que dis-je : dévoré, tout ce qui avait pu se dire ou s’écrire sur le commerce. A commencer par les collections complètes de LSA et de Points de Vente depuis les origines (eh oui, ça en surprendra peut-être certains mais on doit pas être nombreux à pouvoir l’affirmer…). Et, méticuleusement, j’avais ouvert un “cahier de citations”. Cahier que je retrouve aujourd’hui et que, de temps en temps, j’ai décidé de vous ouvrir tant c’est savoureux, riche d’enseignements, drôle, hors du temps, etc. Aujourd’hui, Edouard Leclerc en mai 1976 (l’année de lancement des produits libres de Carrefour) : Il est possible de voir se développer des gammes de marques de distributeurs en faible proportion. Car un hypermarché discount est condamné, qu’il le veuille ou non, à proposer à ses clients des marques de fabricants, des marques authentiques (in LSA, n° 580, 6 mai 1976).