Le , par
De la valeur des mètres carrés commerciaux

Depuis quelques temps, au gré d’interventions ça et là, je pronostique une “dévalorisation” à venir des mètres carrés commerciaux. Pourquoi ? Parce que  dans un contexte de stagnation d’ensemble de la consommation, chaque fois qu’un euro est dépensé on-line il n’est plus dépensé off-line. Nul besoin de grandes études pour suivre jusque là. Par conséquence, ce même euro ne rémunère plus le foncier commercial. Ce qui, dans une approche macro-économique, ne peut conduire (à un terme même long) qu’à une baisse de la valeur du mètre carré off-line. Parfois, l’actualité immédiate l’illustre. En témoigne cette info lue la semaine dernière dans La Tribune sur l’impossibilité de Boulanger de se défaire des 6 magasins Saturn que l’enseigne s’était engagée à vendre pour satisfaire aux exigences de l’autorité de la concurrence. Dit encore plus directement : personne n’en veut. Pas même ses concurrents, Darty au premier rang. A présent, remettez-vous 15 ou 20 ans en arrière. Pensez-vous que 6 magasins, qui ne sont rien d’autres que des mètres carrés avec un droit à vendre, seraient ainsi restés sur le carreau ? Evidemment pas. Et c’est pourtant le cas aujourd’hui. Simplement parce que des mètres carrés commerciaux sur des marchés “web-poreux” n’ont plus vraiment une grandeur valeur.