Le , par
Le mois Carrefour (1)

Le mois Carrefour ne fait que démarrer mais déjà quelques réflexions. D’abord, commercialement, à en juger par les ruptures, c’est un… succès. J’ose le mot parce que Carrefour a déplacé les foules vers ses hypers. Nombre d’observateurs (dont moi, j’assume) ont suffisamment glosé ces derniers mois sur la difficulté de l’enseigne à assurer son trafic pour reconnaître que, sur ce plan là au moins, c’est réussi ! Certains mettront les ruptures d’abord au débit de la logistique du groupe. Difficile à démontrer pour l’heure. Et les quelques patrons d’hypers de ma connaissance que j’ai sondés aujourd’hui n’ont globalement rien (ou peu) à reprocher à la logistique pour justifier des ruptures. C’est donc, a priori, un bon point. Reste que la déception de clients venus trop tard est aussi palpable (vos commentaires en témoignent, comme la page Facebook de l’enseigne, mais j’y reviendrai). Carrefour a sur cet aspect probablement souffert de ne pas avoir limité les quantités par consommateur, par exemple à 5 unités. Il fallait juste voir les chariots remplis de gigapack Pampers pour flairer l’opportunisme…