Le , par
Les 3 raisons de visiter Leclerc St Grégoire

Ce soir à Rennes, inauguration officielle de l’hyper Leclerc de St Grégoire. MEL sera là et découvrira ce magasin dont je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises. Perso, je n’y serai malheureusement pas, retenu ailleurs (preuve que ce sont toujours les cordonniers qui sont vraiment les plus mal chaussés !). Cela dit, voilà bien un hyper à découvrir. Et ce pour au moins trois raisons. D’abord parce que l’adhérent local a fait le choix (encore rare) de réduire la surface de son hyper, en gros de 10 000 m2 à 7 500 m2. Pour une part, la surface “libérée” a été allouée au centre commercial qui a gagné en attractivité (merci H&M).

Ensuite, seconde raison : les partis-pris marchandises et les implantations. Côté partis-pris, le bazar technique a disparu de l’hyper et le GEM est en voie de disparition avancée (son implantation actuelle permettra d’ailleurs une sortie assez facile le jour venu). A l’inverse, l’hyper a particulièrement mis en avant deux rayons peu web-perméables : textile et arts de la table. D’ailleurs, sur les implantations de ces rayons, j’approuve ! Le textile est en début de parcours avec la parfumerie dans son sillage (bonne idée à la parf au passage : l’arrivée du petit électro-ménager beauté). Quant aux arts de la table, vous l’avez déjà vu ici, ils sont en amorce de la zone frais.

Enfin, troisième raison de visiter cet hyper : la sobriété de la réalisation. Je ne connais pas le budget investi au mètre carré mais mon petit doigt me dit qu’il est plus modeste que dans nombre d’inaugurations récentes. Deux vertus à cela : l’image-prix et la charge d’investissement que l’hyper traînera. Plus cette charge est modeste, mieux c’est pour les prix mais également pour la capacité, en cours d’amortissement, de remettre à niveau les actifs qui auraient déjà vieilli.

Evidemment, tout n’est pas irréprochable à Saint Grégoire (et ce n’est pas parce que l’hyper est client du magazine que j’édite sur Rennes que je vais vous faire l’économie de mon avis global). Déjà, il y a un problème de calibrage de la bergerie charcuterie/trad. 2 trancheurs, c’est plus qu’insuffisant ! Si insuffisant, samedi, que les vendeurs en étaient à mélanger les coupes cuites et sèches. En poissonnerie, le problème était humain. Pas assez de vendeurs et plus de 10 clients qui attendent. Trop pour moi. A la cave, belle déco avec des caisses en bois pour les grands crus mais la lisibilité de l’offre est plus que moyenne. En revanche et pour (quand même) terminer sur une note positive : j’ai adoré les photos N&B des employés et cadres du magasin.

A voir dans les photos ci-dessous…

IMG_4657

IMG_4678

IMG_4659

IMG_4660

IMG_4662

IMG_4671

IMG_4668