Le , par
Plaidoyer pour… la culpabilisation du consommateur

LeclercRezéOcéaneNoël approche. Les jouets made in China – et leur compétitivité imbattable – aussi. Exemple dans ce rayon jouets d’un hypermarché nantais. Deux jeux en bois. Pas exactement les mêmes certes, mais ressemblant au moins dans l’esprit. Côté prix, c’est le grand écart. D’un côté 300 pièces made in France à 36,99 €. De l’autre 200 pièces made in China à 12,90 €. Illustration banale de la désormais célèbre non-compétitivité à la française. Les quelques milliards accordés par le gouvernement aux entreprises sont un évident premier pas. Mais forcément insuffisant tant l’écart est grand. Des drapeaux bleu-blanc-rouge sur les produits ? Incontestablement utiles pour donner une valeur sociale au produit. Mais il faut faire davantage ! Et passer au stade suivant : culpabiliser le consommateur. Dans l’exemple, la valeur sociale du jeu de gauche sera d’autant plus forte que celle du jeu de droite sera faible. Alors, allons-y franchement ! Obligeons à l’affichage explicite de la provenance. Je renouvelle donc ma suggestion déjà faite ici même l’an dernier : une claire mention de l’origine, appuyée d’un drapeau. Le jeu de droite se vendra toujours, ne serait-ce qu’en raison de son prix. Mais l’idée (noble) d’un patriotisme consumériste avancera.

LeclercRezéOcéane-2