Le , par
Les dangers du prix coûtant

AlineaPrixcoûtant1Fin aujourd’hui d’une opération choc pour Alinéa : “les jours imbattables de l’été”. Tellement choc que même Alinéa s’y perd dans le niveau de remise : annoncé “jusqu’à 60 %”, alors qu’en fait c’est bien davantage encore (voir plus loin). En fait, Alinéa propose, là, une opération à prix coûtant avec tous les dangers inhérents à cette mécanique sur des produits à prix permanents et récurrents. Logiquement, le prix coûtant suppose qu’Alinéa a défalqué sa marge des prix habituellement proposés. Ce qui permet à tout un chacun de connaître le niveau de marge ! La banquette convertible Billo baisse ainsi de 319 € à 204,93 €, le meuble en teck Yogya dégringole ainsi de 399 € à 186,72 € et le record pour la patère à trois crochets : de 8,99 € à 2,82 € (soit, au passage, bien davantage que les – 60 % promis !). De prime abord, Alinéa frappe fort. Très fort. Mais attention à l’effet boomerang sur l’image-prix. Car, avec cette opération, Alinéa reconnaît se mettre plus de 200 € dans la poche sur la vente d’un meuble Yogya au tarif courant. C’est précisément la différence avec les opérations prix coûtant classique des hypers/supers sur le carburant ou les fruits et légumes par exemple. Le prix de base variant tous les jours, impossible de connaître réellement le niveau de marge. D’ailleurs, nuance subtile : le prix coûtant n’est alors jamais présenté sous forme de “prix barré”. Ce qui change tout !

AlineaPrixcoutant2