Le , par
U Drive solos : c'est pas (encore) ça…

CoursesUPoursuite de l’investigation économique du drive… Après Auchan et Leclerc, quelques chiffres plus qu’inédits avec cette plongée dans les performances commerciales de CoursesU. Et un regard finalement assez nuancé. A à en juger par les meilleurs sites, Courses U fait littéralement un carton pour du store picking. Dans 8 magasins en effet, l’activité e-commerce alimentaire (incluant marginalement la livraison à domicile) dépasse les 9 % du chiffre d’affaires. Impressionnant ! Evidemment, les risques de gêne pour les clients vont avec cette performance. De même, les “gros” sites U sont plus que respectables. Pertuis a par exemple dépassé 900 000 € sur les deux premiers mois de l’année. Et, globalement, Courses U a généré 67 millions sur janvier/février. Autant dire que les 350 millions sont atteignables (attention à ne pas multiplier par 6 le CA de janvier-février, c’est pas si simple !).

En revanche, déception pour les U drive solos : chiffre d’affaires et nombre de commandes faméliques. Au Havre, par exemple, dont il est évident de constater les difficultés en observant le trafic sur le site, U Drive a préparé en moyenne 16 commandes par jour depuis le début de l’année. Pas de quoi convaincre d’autres U de passer au solo !

PS : à noter que je réserve à nos abonnés de la veille mensuelle VIGIE GRANDE CONSO, une étude tout à fait exceptionnelle : la mise en parallèle du panier moyen de chaque site U et du nombre de références précis qu’il propose. Objectif : apporter une contribution éclairante à la question que se posent tous les patrons d’enseignes : existe-t-il, en drive, un lien démontré entre la largeur d’offre et la performance commerciale. A ce niveau de précision et de nombre d’observations, ça va quasiment être de la recherche universitaire ;-) Plus d’infos sur VIGIE GRANDE CONSO ici (pour ceux qui regrettent déjà de ne pas en être souscripteur !).