Le , par
La gamification pour relancer Quiestlemoinscher

QuiestlemoinscherL’appli mobile Quiestlemoinscher a discrètement changé le mois dernier. La voilà désormais… joueuse et cafteuse ! Pour bien comprendre, retour en arrière. Il y a un an, alors que la comparaison de prix entre enseignes bat son plein, le discours prix de Leclerc en devient automatiquement moins audible (lire l’édito “Comparateurs de prix : un seul perdant, Leclerc”). Pour reprendre l’initiative, Leclerc prend un habile pari : ne pas surenchérir dans le brouhaha ambiant du “je suis le moins cher” mais donner la possibilité au client de le vérifier en live. Soit via une borne installée en magasin, soit directement sur son smartphone. Dans ce cas, le client scanne l’article et sont aussitôt présentés le prix Leclerc et les prix des concurrents les plus proches (voir ici le banc d’essai que j’avais réalisé). En magasin, je dois l’avouer, je n’ai jamais constaté un attroupement particulier autour de la borne. Quant au trafic sur l’appli mobile, Candy Crush attire visiblement davantage !

Voilà pour le contexte. D’où (probablement) la nouvelle mouture de l’appli, résumée en quatre mots “Vos scans vous rapportent”. A chaque scan, le client (ou le simple joueur) remporte des points. Avec, à terme, la perspective de participer à un tirage au sort pour gagner des bons d’achat Leclerc. Dit autrement, voilà la carotte pour doper l’utilisation de l’application. Et rendre plus “banal” le geste de la comparaison de prix. Mais Leclerc active aussi un autre levier – très en vogue – du client-surveillant (il suffit de constater le nombre d’applications de type “client-mouchard” : click & walk, tcheck’it, roamler, etc.). Concrètement en effet, scanner un produit rapporte 10 points mais découvrir un produit sur lequel Leclerc est plus cher cumule 50 points. Ou comment utiliser le consommateur pour surveiller ses prix (et accessoirement menacer les adhérents les moins portés sur le discount d’être dénoncés par leurs clients !). Voilà qui rappellera aussi feu le “téléphone rouge” de Carrefour. Comptez sur moi pour jouer !