Le , par
Prochaine étape pour Chronodrive : le mariage avec Auchan Drive ? J'y crois (toujours)

Chronodrive-2 - copieL’information n’a pas (encore) été confirmée officiellement mais elle se précise… Chronodrive devrait donc fermer 14 sites (sur 75), soit près de 20 % de son parc. L’explication : la volonté de Ludovic Duprez (l’un des deux co-créateurs avec Martin Toulemonde, parti depuis) d’en finir avec les pertes récurrentes de l’entreprise. Et ce, dans une année où la maison-mère, Auchan, peine elle-aussi à atteindre son objectif de cash en France. En 2014, selon les projections à date, Chronodrive pourrait perdre jusqu’à 50 millions d’euros, non compris une dépréciation d’actifs. Difficile à avaler d’autant que les deux exercices précédents s’étaient déjà soldés par plus de 20 millions de pertes cumulées.

Cet été, Chronodrive a ainsi réalisé une revue de parc avec, outre l’analyse de l’existant, une étude de potentiel pour chacun des sites. Les 14 sites qui devraient fermer sont à la fois non-rentables et sans guère de perspectives de le devenir. En conséquence, leur fermeture améliorera mécaniquement la situation de l’entreprise ! Au passage, 230 postes seraient supprimés, dont 20 au siège, histoire de repérimétrer la masse salariale de la centrale au chiffre d’affaires.

Reste la question du devenir à long terme de l’enseigne et de sa structure (déjà posée à plusieurs reprises sur le blog). A plusieurs reprises, j’ai pris le pari d’un rapprochement avec Auchan Drive. Pari toujours perdu :-( Mais je suis toujours prêt à le reprendre. Sur le terrain en effet, Chronodrive a une structure de coûts mécaniquement plus lourde qu’un Auchan Drive ou Leclerc Drive par le simple fait de ne pas être soutenu par les fonctions support d’un hyper. En haut de la pyramide aussi Chronodrive est pénalisé, contraint de doublonner des fonctions existant déjà chez Auchan : produits, marketing, informatique, etc. D’évidence il y a un peu de “gras” à aller chercher en mixant les deux structures. Vous l’aurez compris : je remets un billet sur la table !