Le , par
Le volume promotionnel par l'exemple
Au-delà de l’approche « macro » des stratégies promo des enseignes, VIGIE GRANDE CONSO a étudié la réalité locale de la pression promotionnelle reçue par les consommateurs. Exemple sur la ville de Rennes.
> Pour réaliser cette étude, ont été intégrés les 15 principaux magasins de Rennes : 8 hypermarchés de périphérie et 7 supermarchés « de quartier », à la zone de chalandise par principe plus restreinte. Pour chacun, ont été recensés la totalité des prospectus 2014. Qu’il s’agisse d’opérations nationales, régionales ou strictement locales. De telle manière que l’étude reflète la réalité des messages reçus par le client dans sa boîte aux lettres.
> C’est ici Carrefour qui aura été le plus prolifique sur l’année. Les deux hypermarchés ont chacun diffusé 105 prospectus, représentant un peu moins de 40 000 références en promotions sur l’année. Soit deux prospectus hebdomadaires et environ 800 produits par semaine à mettre en avant en point de vente.
> Globalement, les magasins de périphérie proposent davantage d’opérations promotionnelles que les supermarchés de quartier mais l’écart est finalement plus faible qu’escompté : 78 prospectus par hyper en moyenne vs 59 par super. Paradoxalement, Monoprix a par exemple diffusé 80 prospectus, tandis que Géant n’en affiche que 59. De même, les Super U de 1 500 m2 à 2 000 m2 ont finalement proposé sur l’année un peu plus de promotions qu’un Géant de 10 000 m2 : 28 000 vs 27 000 !

Au-delà de l’approche « macro » des stratégies promo des enseignes (voir le post précédent), PromoFlash a étudié la réalité locale de la pression promotionnelle reçue par les consommateurs. Exemple sur la ville de Rennes…

PromoRennes

> Pour réaliser cette étude, ont été intégrés les 15 principaux magasins de Rennes : 8 hypermarchés de périphérie et 7 supermarchés « de quartier », à la zone de chalandise par principe plus restreinte. Pour chacun, ont été recensés la totalité des prospectus 2014. Qu’il s’agisse d’opérations nationales, régionales ou strictement locales. De telle manière que l’étude reflète la réalité des messages reçus par le client dans sa boîte aux lettres.

> C’est ici Carrefour qui aura été le plus prolifique sur l’année. Les deux hypermarchés ont chacun diffusé 105 prospectus, représentant un peu moins de 40 000 références en promotions sur l’année. Soit deux prospectus hebdomadaires et environ 800 produits par semaine à mettre en avant en point de vente.

> Globalement, les magasins de périphérie proposent davantage d’opérations promotionnelles que les supermarchés de quartier mais l’écart est finalement plus faible qu’escompté : 78 prospectus par hyper en moyenne vs 59 par super. Paradoxalement, Monoprix a par exemple diffusé 80 prospectus, tandis que Géant n’en affiche que 59. De même, les Super U de 1 500 m2 à 2 000 m2 ont finalement proposé sur l’année un peu plus de promotions qu’un Géant de 10 000 m2 : 28 000 vs 27 000 !