Le , par
Décathlon lance Trocathlon à l’assaut du Bon Coin

Trocathlon-frEtonnamment, l’initiative est passée presque inaperçue : Décathlon lance sa marque (et sa logique collaborative C to C) Trocathlon sur la toile. Désormais, pour les sportifs, nul besoin d’attendre l’opération annuelle et son chapiteau sur le parking des magasins. Via le “.fr”, Trocathlon, c’est tous les jours et partout. Je passe vite sur le fonctionnement. Vous prenez la logique “Bon Coin”, vous la calquez sur l’univers du sport, vous obtenez Trocathlon.fr. Ce qui est intéressant est ailleurs : dans le comment une enseigne peut reprendre l’avantage sur Le Bon Coin, pourtant présenté comme un “commerce-killer” car détournant les clients des magasins pour une logique strictement C to C. Avec Trocathlon.fr, Décathlon joue sur trois tableaux. D’abord, comme Le Bon Coin, le site permet donc la confrontation de l’offre et de la demande pour des produits d’occasion. Mais Trocathlon.fr apporte incontestablement une forte réassurance de marque sur l’univers sports (Le Bon Coin ne peut pas lutter !). Ensuite, Décathlon utilise le magasin pour lever les freins habituels du C to C. Comment ? En jouant les “tiers de confiance”. La transaction se réalise en effet dans le magasin. L’acheteur paye en caisse. Et le vendeur est rémunéré en bons d’achats. Ce qui permet donc à Décathlon (et c’est le troisième atout de la démarche) de récupérer à son profit une partie du business C to C, bien au-delà de son opération annuelle. Toujours côté réassurance, Décathlon propose un “contrôle des points de sécurité” du matériel acheté dans ses ateliers. Là, Le Bon Coin est relégué loin derrière… En résumé, une démarche qui devrait au plus vite inspirer d’autres commerçants… Prenez Ikea par exemple. Ce matin, sur Le Bon Coin, il y avait près de 100 000 offres proposant un produit Ikea. L’enseigne suédoise a déjà réagi avec la reprise en magasins. Mais on voit déjà venir le coup d’après…