Le , par
DISTRI PRIX, le retour !

Distri Prix

Et voici le retour de DISTRI PRIX après un été d’abstinence (c’est ce qui rend le désir plus fort et, visiblement, ça a fonctionné vu le nombre de mails reçus pour s’étonner de la non publication en juillet et août). Retour de DISTRI PRIX donc, de ses 30 millions de prix analysés, et de l’impressionnant mano-à-mano de Leclerc et Géant au même indice, à 93,3 !

Au-delà, deux autres enseignements que je voudrais pointer pour ne pas en rester au sommet du classement. D’abord, le « cas » Cora. Longtemps distancée, longtemps moquée pour ses prix stratosphériques (comme en son temps Géant), l’enseigne améliore ses positions petit à petit. Il y a 18 mois, Cora flirtait avec 104. La voici à 100,8. Deux explications : d’abord, les Bouriez ont pris conscience que le prix était le vrai moteur du commerce ; ensuite l’accès aux conditions Carrefour a permis de donner des moyens à l’ambition !

Autre enseigne à suivre : Carrefour Market. C’est encore timide, mais l’enseigne s’est engagée depuis le 1er août dans une baisse de prix. De fait, si l’étude mensuelle ne montre qu’une modeste amélioration (– 0,1), l’analyse au fil du mois est plus signifiante : indice 104,6 le 1er août, 104,3 le 31. Encore une fois, c’est modeste mais c’est à suivre.

Au passage, je vais profiter de cette nouvelle publication pour mettre quelques points sur les « i » méthodologiques ; -) Depuis quelques mois, avec mes camarades d’A3 Distrib, nous étions régulièrement sollicités par les enseignes sur le mode : « C’est très bien votre indice mais… ». Selon les cas, l’enseigne A suspectait l’enseigne B de jouer avec les ruptures pour améliorer son indice. L’enseigne C, elle, se demandait s’il n’était pas préférable de supprimer toutes les promos de l’indice pour éviter que l’enseigne D ne joue avec nous, etc. Pas contrariant, avec A3 Distrib, on s’est penché sur toutes ces questions… Pour vous livrer quelques réponses…

Profitant de la moiteur estivale (les super-calculateurs d’A3 Distrib ne sont pas exigeants sur les congés payés), nous avons recalculé à posteriori les indices DISTRI PRIX en utilisant plusieurs méthodologies. Et en… les comparant entre elles ! Prendre ou non en compte les ruptures ? Aucun effet ou presque sur l’indice (donc l’enseigne A peut lever tout soupçon sur l’enseigne B). Supprimer les remises immédiates (qui sont intégrées dans DISTRI PRIX, parce que nous cherchons à mesurer ce que paye réellement le client) ? Effet modeste : selon les enseignes, l’indice mensuel bouge de 0,1 à 0,2 (l’enseigne C peut être rassurée…). En revanche, intégrer toutes les promos (y compris les remises différées, les lots, etc.) aurait un effet important. Sur cette base, Géant serait par exemple ce mois-ci à 91,2 et Leclerc à 93,4. Pour autant, pas question pour nous d’intégrer d’autres promos que les remises immédiates (précisément parce qu’elles sont immédiates et pour tous les clients). En clair, les quelques mois d’abstinence de publication nous ont permis de valider notre socle méthodologique. Et de le revendiquer.

Pour recevoir l’étude complète et la notice méthodologique (elle aussi complète !), un p’tit mail ici et je m’en occupe. 

PS : par le petit bout de lorgnette, à présent. Avec A3 Distrib, nous sommes quand même très flattés d’avoir suscité autant de questionnements. Le désintérêt pour DISTRI PRIX aurait été bien pire… Donc, merci à A, B, C et D d’avoir été autant soupçonneux ;-)