Le , par
J’ai testé… le magasin connecté de Marionnaud

marionnaud

Pour comprendre le test (et le jugement qui va avec), un brin de contexte… 11 juillet : Marionnaud se fend d’un communiqué de presse pour annoncer “enrichir l’expérience digitale en magasin“. Et l’enseigne, en toute transparence, d’orienter le curieux : “le flagship store des Champs-Élysées constitue la vitrine connectée de Marionnaud“. Oui, vous avez bien lu : “la vitrine connectée de Marionnaud” !

Direction donc les Champs-Élysées en ce début septembre, histoire de laisser aux équipes un temps de rodage pour ce qui promet d’être une expérience radicalement différente mais qui, in fine, se transforme en échec sur presque toute la ligne. Le miroir intelligent qui offre la possibilité de partager ses photos via les réseaux sociaux ? Hors-service. Le diagnostic de peau Ioma ? Inopérant. “Le conseiller Ioma est encore en vacances et la vendeuse formée à la machine n’est pas là aujourd’hui“. L’encaissement mobile sur iPad ? HS. “Le directeur est parti au siège avec l’iPad pour le faire réparer” répond, quasi dépité par la succession d’échecs, un vendeur pourtant fort attentionné. Heureusement, les “Bubbles” pour recharger mon smartphone étaient, elles, bien utilisables. Mais ça ne fait de ce Marionnaud qu’un magasin connectée… à l’électricité, rien de plus ! La morale ? Beaucoup de communication pour rien. Comme souvent dès lors qu’il s’agit de commerce connecté…