Le , par
Promo : voilà ce que Carrefour doit éradiquer…

match-ariel

Carrefour n’est pas le dernier sur le terrain promo, loin s’en faut… Ce qui, eu égard à la promophilie actuelle du chaland, est plutôt une qualité qu’un défaut. Mais (et c’est un point de vue pas nouveau chez moi, déjà défendu au plus haut niveau du groupe ;-) ), mais, disais-je, Carrefour doit davantage se “border” sur ses offres pour éviter d’être déphasé. Exemple ici sur un produit mineur d’une marque banale : le baril d’Ariel, 39 lavages. Fidèle à ses habitudes, Carrefour délaisse la remise immédiate et opte pour un lot virtuel : le second à moitié prix. Mais, aussi moitié prix soit le second, le débours est conséquent : 25 €. C’est-à-dire, sur un seul produit, la moitié du panier moyen ! Enorme. Et, surtout, indigeste pour les clients les plus modestes qui, plus que jamais, fractionnent leurs dépenses (ce que les sociétés d’études démontrent aisément). Pourquoi donc laisser à Intermarché, Leclerc et Super U une offre plus “accessible”. Sans compter le prix de départ de l’offre. Hors-jeu. 16,70 € le baril (avec certes la mention “original” en face avant / mais que vaut-elle ?) vs. de 14 à 15 € pour les concurrents. Voilà exactement ce que Carrefour doit éradiquer dans sa politique promo. Et tant pis si ce post plait davantage à Boulogne qu’à Massy. C’est mon avis et… je le partage !