Le , par
Amazon / Whole Foods : petits enseignements et session de rattrapage !

WholeFoodsSeattle

Amazon qui rachète (cash, s’il vous plait) Whole Foods, voilà qui va occuper l’actu retail pendant quelques semaines tant c’est un coup de tonnerre. D’abord en termes de stratégie. Ce faisant, Amazon confirme qu’il n’y a plus de frontière entre on-line et off-line et que, de fait, le e-commerce est… mort ! Ensuite, côté force de frappe. En déboursant près de 14 milliards de dollars, Jeff Bezos adresse un autre message : Amazon fait ce qui lui plait. Avec une poignée de milliards supplémentaires (dont on imagine qu’ils se trouvent aisément), Amazon se serait payé, s’il l’avait voulu évidemment, Carrefour. En clair, personne ou presque n’est à l’abri de l’appétit d’Amazon. Reste désormais à savoir pourquoi Bezos a préféré Whole Foods à… Carrefour (OK, je déconne !). Assurément pas pour la santé de Whole Foods. L’enseigne est désormais “dans le dur” en termes de développement (notamment en organique). Même s’il faut comme toujours lire dans les pensées de Jeff Bezos (puisqu’il n’a pas l’habitude de partager sa stratégie), Amazon a deux cibles en fait : les actifs de Whole Foods (un réseau de magasin qui vont constituer autant de bases pour le développement de son activité de livraison alimentaire) et, surtout, les clients de Whole Foods. Deux chiffres (des “tiers” à chaque fois, donc un peu de concentration pour suivre !) suffisent à comprendre l’enjeu… Un foyer américain sur trois vit à moins de 5 miles d’un Whole Foods (source Quartz Média). Et un tiers des foyers américains gagnant plus de 100 000 dollars par an vit à moins de trois miles. Autant dire qu’Amazon met la main sur… des “clients en or” ! Ce qui explique aussi le niveau de la transaction, 80 % du chiffre d’affaires environ. 

Et pour ceux qui voudraient se mettre à niveau sur Whole Foods, son concept et même sa nouvelle enseigne “365”, j’vous ai rassemblé trois VIDÉO GRANDE CONSO (OK, j’ai vieilli mais c’est pas le sujet !).

 

La première, ici à Cupertino dans la grande banlieue de San Francisco, où je présente le concept WF

WF Cupertino

La seconde, à New-York, pour découvrir le magasin de Brooklyn

WF NY

La troisième, à Seattle, avec la présentation de la nouvelle enseigne de WF, “365”, une espèce de Whole Foods light

WF 365 Seattle