Le , par
Costco : c’est l’histoire d’un p’tit pari (à 50 000)

OursGary

Novembre 2015. Sur la scène des traditionnelles Journées Annuelles de l’iFM, j’accueille Gary Swindells, l’ambassadeur de Costco en France, pour la tradition interview-live. Face à moi, pendant 45 mn, Gary répond, explique, détaille, bref, fait pour tout convaincre de la détermination de l’enseigne américaine de s’implanter en France alors qu’à l’époque tous les recours ne sont pas encore tombés… A la question de l’objectif du nombre de membres à l’ouverture, Gary répond en substance : “L’objectif est à 30 000 mais nous espérons bien davantage”. Relance : “Combien ? 40 000, 50 000 ?”. Et Gary de s’enflammer : “50 000, ça serait pas mal !”. Moi : “On prend le pari ?”. Lui : “Tenu ! Une caisse de champagne”. Et voilà comment est né ce pari à 50 000. Et voilà aussi pourquoi, via mon fil twitter, j’ai pu aussi précisément suivre l’évolution du nombre de cartes placées : car leur numéro correspond aux nombre de cartes. Le 7 décembre, alors que s’ouvrait la vente, j’ai ainsi acheté la numéro 70. Cet après-midi (lundi), cher Gary, j’ai donc obtenu la 16 075. Evidemment, entre temps, pour tromper l’ennemi j’ai changé de nom, d’adresse, de sexe et même de… vie ;-) Le tout pour mon plus grand bonheur. Et, au final, avec plus d’une vingtaine de cartes, je pense être, à date, le premier client de Costco France (ne me remercie pas Gary, ça fait plaisir à la TPE Dauvers d’aider la start-up Costco !). 

A ce stade, donc, le cap des 30 000 pour jeudi matin 8h est peu probable. D’ailleurs, hier, dans le JDD, cher Gary, tu évoques désormais la fin d’année pour atteindre l’objectif. Autant dire que je suis serein sur l’issue de notre pari. Problème, Gary : avec la canicule, ça m’embête de mettre une caisse de “DomPé” dans ma voiture jeudi !!! Et puis, c’est un peu beaucoup du DomPé, non ? Bon, OK, t’avises quand même pas à me fourguer du Kirkland, la MDD de l’enseigne. Parait qu’il est bon mais sur la table à Noël (ou avant), ça risque de surprendre mes invités. Alors, j’ai une proposition à te faire, Gary. Troquons la caisse de champ’ contre une peluche géante. Non seulement elle ne craint pas la chaleur (Donald T. a bien affirmé que les ours s’accommodaient sans difficulté du réchauffement climatique). Mais, surtout, je connais quelqu’un à qui elle ferait très très très plaisir. Et rien que pour ça… j’en serai presque à te le demander comme une faveur ! 

Allez, je te laisse, tu dois avoir un peu de boulot, non ?