Le , par
SAMEDI CONSO : mon carnet (retail mais pas que…) de la semaine

SAMEDI CONSO

Comme tous les samedis, « SAMEDI CONSO, mon carnet (retail mais pas que…) de la semaine ». L’occasion de revenir sur l’actu de la semaine, en totale liberté comme toujours. S’y mêleront analyses, anecdotes ou – je le confesse avec gourmandise – gentilles provocations.

LUNDI

NestléNoisiel

Direction Noisiel, siège de Nestlé France, pour partager quelques convictions sur le commerce de demain. Uber n’est plus ce qu’il était. Terminés les petites bouteilles d’eau, les bonbons offerts spontanément ou la presse du jour. J’ai tout juste droit au catalogue Lidl voyages, le « vrai prix de [mes] rêves ». Aujourd’hui, je rêve de Thaïlande. Mais ne me demandez pas pourquoi…

 

MARDI

CriseBeurre

Quelque part en région parisienne… C’est la crise du beurre. Mais pas pour tout le monde. 3,28 € la plaquette de 250 g, pourtant promise à 2,20 €. Sans compter qu’au kilo, par la magie d’une défaillance informatique, le beurre dépasse les… 65 € le kilo. Mais qui…se graisse ?

 

MERCREDI

Un cadre Carrefour, pas mécontent de sa trouvaille, me soumet ce prospectus. Mazette ! Leclerc qui offre à ses clients une cafetière Mandine. Mandine, vous avez dit Mandine ? Comme la MDD Carrefour sur les produits d’électroménager ? Gagné ! Là, mes chaudes félicitations à l’équipe Leclerc. Fallait quand même faire œuvre d’une louable ouverture d’esprit pour assurer la promo d’une marque Carrefour. A moins qu’il ne s’agisse que de démontrer, par l’absurde, que Carrefour n’a pas encore réussi à imposer sa marque dans l’imaginaire collectif ? Ou juste d’une méconnaissance coupable ?

Leclerc Mondine 1

 

JEUDI

Leclerc Frouard

Stop à Leclerc Nancy-Frouard au hasard d’un déplacement dans l’Est. Ici, rien ne se perd, tout se recycle ! Le mobilier du concept (national) Arts de la Table se retrouve non pas dans le rayon auquel il était destiné mais finalement, qu’importe… L’effet est là ! Peut-être aurait-il été judicieux de faire disparaître l’origine du meuble (et sa destination initiale) mais, après tout, je suis quand même pas loin de penser que la bonne bouteille sur la bonne table, c’est pas loin d’être… de l’art !

Toujours à Frouard, toujours dans le rayon liquides. Et l’illustration que cet hyper (comme tant d’autres) n’est aujourd’hui plus vraiment contraint par la place… En témoigne le rayon colas. Uniquement pour la gamme Coca-Cola Classic (donc hors les déclinaisons light, zéro, etc., et les autres marques de colas), l’équivalent de… huit palettes au sol !!! Trois pour le PET 1,5 l, une pour le PET 2 l, trois pour les boîtes 33 cl et une pour les bouteilles 50 cl. Aucun doute, ici à Frouard, on ne manque pas d’espace !

Leclerc Frouard2

Leclerc Templeuve

Il est précisément 11h21, jeudi, lorsque le cabinet du Ministre de l’agriculture informe les journalistes d’une visite le lendemain à Lille sur le thème de « l’alimentation saine et solidaire ». Accompagné d’Agnès Buzyn, ministre de la santé, Stéphane Travert, en charge de l’agriculture, doit visiter l’atelier de fabrication des soupes « Bon et bien », largement inspirée par l’adhérent Leclerc local. RDV est donc donné au 29 rue du Maresquel à Templeuve. Evidemment pas dit ainsi, mais c’est bien l’adresse de… l’hyper Leclerc ! Et pour cause… Pour l’avoir déjà visité, c’est là où a été implanté l’atelier. Mais le ministre de l’agriculture qui donne rendez-vous chez Leclerc, forcément ça le fait moyen ! D’ailleurs, très exactement 6h plus tard, à 17h21, nouveau message du cabinet : le déplacement est annulé. Sans aucune explication… Comment dire… ? En plein États Généraux de l’Alimentation, une âme bien intentionnée aurait-elle suggéré à Stéphane Travert que la photo chez Leclerc était… un risque à ne pas prendre ? C’est… plus que probable. D’ailleurs, comme par enchantement, quelques minutes plus tard, nouvelle invitation : le ministre donne à présent RDV dans une installation d’agriculture urbaine dans les Yvelines. Preuve que Stéphane Travert était bien libre vendredi matin mais pas pour aller chez Leclerc… 

Lidl beurre

 

Jeudi encore mais chez Lidl à présent. Etonnamment pas de pénurie de beurre ni même la traditionnelle affiche qui « décore » la quasi-totalité des rayons depuis quelques semaines. Echange de SMS avec Michel Biéro, le patron des achats de l’enseigne : mais par quel miracle Lidl est-il épargné par l’épidémie de non livraison ? Réponse de l’intéressé : « Il y a ceux qui ont passé les hausses et d’autres non !!! ». Le commerce est si simple à comprendre… Voilà qui me rappelle mon premier post sur le sujet il y a désormais un mois : « Beurre : la pénurie guette-t-elle vraiment (ou les prix ne sont-ils pas assez élevés ?) ». Même si je n’en doutais pas vraiment, j’ai la réponse.

 

VENDREDI

AuchanCafé 1                

Auchan n’avait donc pas d’autre alternative stratégique que de remettre les gaz (promo). Ce que l’enseigne s’attache donc à faire pour (tenter de) redresser une année mal emmanchée côté chiffre d’affaires… Aujourd’hui, sur le site drive de cet hyper picard, c’est – 70 %. Pas en remise différée, ni sur le second produit. Non, non… C’est – 70 % sur le premier produit. A 4,50 € les 8 paquets, j’hésite même à stocker pour l’hiver.

 

Fin de journée, fin de semaine. Le p’tit cadeau de Casino. Le groupe annonce un acompte sur dividende pour l’exercice 2017, qui ne s’achève pourtant que dans six semaines (et pas les moins importantes de l’année en termes de résultat !). Casino veut montrer à ses actionnaires à quel point il est serein. Faut dire que la concurrence entre enseignes est féroce à la fois en magasins mais aussi… en bourse. Nul doute que Carrefour, en plein questionnement stratégique (on attend le plan Bompard dans les jours prochains), ne peut se permettre pareille générosité. Casino en profite, c’est de bonne guerre. D’autant qu’en vendant le beurre à 3,28 € la plaquette (ah mince, j’ai balancé, pardon, pardon, pardon), Casino a de quoi redistribuer à ses actionnaires !

Casino Dividende

 

Avant la Thaïlande via Lidl Voyages (revoir lundi, si vous avez zappé), Amiens, c’est pas mal aussi. Auchan parle à ses clients de la crise du beurre. “Une large partie de nos produits sont affectés par cette carence en composant premier” ; “Ce mauvais taux de service en beurres risque d’affecter nos différentes crèmes“. Pas tout compris ! Pas sûr d’avoir le niveau pour être client chez Auchan, moi. ;-)

AuchanAmiens