Le , par
Location-gérance : Carrefour devra quand même faire des concessions (pour susciter des vocations)

CarrefourCahors

Le dossier location-gérance avance chez Carrefour. Maintes fois évoqué dans notre veille VIGIE GRANDE CONSO depuis plus d’un an désormais, le sujet est “public” depuis cet automne, Carrefour ne cachant pas qu’il s’agit d’une piste étudiée pour sauver quelques hypers en difficulté chronique. L’intérêt étant en effet de mettre à la tête un locataire-gérant (et non un “simple” salarié) qui va s’investir davantage encore puisqu’il travaillera partiellement pour lui. Peu à peu, il aura aussi la possibilité de revenir sur certains avantages sociaux et, ce faisant, abaisser le point mort de l’hyper. A date, et selon mes informations (non confirmées par Carrefour), cinq premiers magasins aurait été désignés : Cahors (photo), Château-Thierry, Flers, Saint-Lô et Montluçon.

Point commun de ces hypers : des chiffres d’affaires faibles (de 18 M€ pour Flers à 40 M€ pour Montluçon) et des difficultés. Et même pour trois d’entre eux dont j’ai eu connaissance du niveau de résultat, quelques centaines de milliers d’euros par an en dessous de la ligne de flottaison économique. Ce qui pose une question banale : comment convaincre un locataire-gérant de “sauter le pas” ? En clair d’assumer la gestion et donc, le cas échéant, les pertes. Impossible pour un “simple” cadre d’éponger sans douleur 500 ou 600 000 € dès son premier exercice à la tête de “son” affaire ! Donc Carrefour devra faire des concessions pour limiter les risques et susciter les vocations. Par exemple en faisant cadeau du loyer (ou en le limitant très sensiblement), le temps de remettre le bateau à flot ? Je suis pas loin d’en prendre le pari…