Le , par
La décrue du non-al s’accélère en GSA (et nourrit la guerre des prix en alimentaire)

Non-al

2017 sera une nouvelle année de fort recul du non-al en hypers/supers. Ce qui ne peut que les inciter à tenir coûte que coûte leurs positions en alimentaire…

> En cumul annuel à fin septembre, les rayons non-alimentaires en grandes surfaces alimentaires étaient à nouveau en fort recul : – 4,9 % selon GFK. Ce qui marque une aggravation comparée à l’année précédente (– 3 %). Le niveau moyen de baisse est si marqué que, sauf circonstance locale particulière (agrandissement par exemple), quasiment aucun magasin ne peut désormais afficher un bilan positif sur le non-alimentaire.

> Les hypers/supers sont les doubles victimes d’un côté des grandes surfaces spécialisées (qui continuent à ouvrir et bénéficient d’une légitimité par principe supérieure) et, de l’autre, du web et de ses atouts structurels : choix infini ou presque et prix généralement plus agressifs.

> Les marchés sur lesquels le recul des GSA est le plus fort sont notamment marqués par cette concurrence du web : électronique (même s’il y a un effet 2016 avec l’Euro de football et le changement technologique), jouets, culture, informatique, etc.

> La situation est plus que préoccupante pour les grands hypers pour lesquels le non-al pèse encore plus de 20 % des ventes totales (non négligeable donc dans l’équilibre global de l’exploitation), alors que rien ne semble pouvoir endiguer cette baisse. Pour ces grands hypers, le recul du non-al pèse déjà mécaniquement pour – 1 % dans l’évolution totale du chiffre d’affaires.

> Conséquence automatique : l’alimentaire gagne en importance dans l’exploitation de tous les magasins. Toutes les enseignes entendent y défendre leurs positions pour éviter de perdre sur les deux tableaux : alimentaire et non-alimentaire ! Et comme la demande des consommateurs est à l’arrêt (2017 sera une nouvelle année de stabilité des volumes PGC / Frais LS), le prix demeure le meilleur levier d’attractivité des clients. C’est en ce sens qu’il existe un lien réel entre déclin du non-al et… guerre des prix en alimentaire.

Extrait de VIGIE GRANDE CONSO, n° 320, décembre 2017. Plus d’infos sur cette veille ou recevoir un exemplaire découverte, ici >>

illustration note sommaire-Vigie-320