Le , par
Crise agricole : il y a 30 ans, voilà ce sur quoi on me demandait de plancher…

ExamenPurpan

Départ aujourd’hui pour une  semaine de stores tour aux États-Unis en compagnie de mes associés. Le temps d’arriver sur place (on est pas du genre à rester à Manhattan pour les visites convenues…), retour sur un étonnement que j’ai partagé il y a quelques jours via mon fil twitter. Hasard de quelques heures de rangement pendant les fêtes, j’ai retrouvé un sujet d’examen qui avait été proposé en 1988 à l’étudiant en agriculture que j’étais alors (oui, je l’assume et notamment pour tous ceux qui donnent des leçons de paysannerie sans jamais avoir “fouillé” une vache / ça au moins c’est technique !). La question donc était : “Pourquoi parle-t-on de crise porcine ?“. C’était il y a 30 ans ! Comme si rien n’avait changé. Ah si, le nombre de centrales d’achat. Il n’y en avait pas 4 comme aiment à le résumer certains aujourd’hui, en guise d’explication à tous les maux de l’agriculture. Il y en avait plus de 15… Sans exonérer la distribution de ses responsabilités, au moins ça les relativise. Et conduit au passage à se demander s’il n’y aurait pas aussi quelques raisons endogènes aux crises à répétition !