Le , par
Paris : pourquoi le projet “Leclerc chez moi” doit inquiéter Casino…

Leclerc Paris

C’est confirmé ! Évoqué depuis plusieurs mois ici (et présenté plus en détail lors des Ateliers du Drive / Linéaires-Ed Dauvers), le projet Paris de Leclerc est désormais une réalité et a même un nom : « Leclerc chez moi ». C’est en effet ce que Michel-Edouard Leclerc a annoncé ce matin au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV / RMC. Un projet qui a de quoi inquiéter Casino dont Paris (et plus particulièrement Monoprix) est la véritable cash-machine de l’activité française. A la fois en raison d’un tarifaire élevé et – non négligeable – d’une proposition commerciale en phase avec les attentes urbaines.

Pour mesurer l’ampleur de la menace Leclerc, un simple calcul. Pour faire simple, le tarifaire Leclerc est près de 25 % inférieur à celui de Monoprix. Un écart qui permet, dès 80 € de panier, de compenser le surcoût de la livraison. Or les paniers en livraison à domicile évoluent, selon les acteurs, entre 120 et 150 €. Ce qui permet donc à MEL de promettre des économies à ses clients, malgré le surcoût de la livraison. Et donc de constituer une vraie menace pour la proximité parisienne (Carrefour est également concerné). Reste néanmoins pour Leclerc a intégrer une donnée spécifique à ce marché : en LAD (livraison à domicile), bien davantage qu’en drive, la construction de l’offre est une critère déterminant d’attractivité commerciale. En clair, difficile d’imaginer que les 8 500 références d’un drive suffisent aux Parisiens. A suivre…