Le , par
Le discount, la rançon du succès

sdr

Lait équitable la suite. Et l’occasion de démontrer par l’exemple que le succès (commercial) a souvent un prix à payer : le discount. C’est le cas désormais du lait C’est qui le patron. Inutile de revenir sur le succès. Tous les objectifs ont été dépassés. La diffusion du produit s’améliore chaque jour ou presque. Même Lidl, historique soutien de Faire France (le pionnier et, donc, concurrent puisqu’il n’y a pas toujours la place en rayon pour les deux démarches) a basculé plusieurs régions en C’est qui le patron. Mais, voilà, quand la diffusion s’approche de 100, quand le prix de référence est bien ancré dans l’esprit des consommateurs (en l’espèce 99 centimes), il en devient tentant pour un commerçant normalement constitué de faire l’intéressant en baissant le prix (ce qui est compréhensible à défaut d’être légitime). Et ça commence à se voir… Exemple, ici, dans cet Intermarché avec un prix affiché à 97 centimes. Anecdotique ? Non, révélateur qu’il est toujours difficile, voire impossible, pour une marque de maîtriser son prix, lorsqu’elle en devient à ce point iconique. Ce qui — toute proportions gardées avec Coca-Cola, Ricard ou Président – est désormais le cas de C’est qui le patron. La rançon du succès, vous dis-je…