Le , par
Découvrez la (nouvelle) zone outlet de Carrefour

IMG_8748

Pas encore eu l’occasion de vous présenter en détail les nouvelles zones outlet de Carrefour installées dans 5 hypers (dont ici Nantes La Beaujoire). Le principe ? Très opportuniste. D’un côté, certains hypers ont des mètres carrés en trop, de l’autre trop de Carrefour ont les réserves pleines (Alexandre Bompard s’en est d’ailleurs étonné lors de ses premières visites l’été dernier, ce qui a évidemment contribué à l’initiative). Dès lors, logique d’affecter des mètres carrés à des zones de déstockage qui centralisent les invendus des hypers voisins.

Pas sûr que le nom “outlet” soit compris de tous les consommateurs mais l’exécution laisse peu de doute. La promesse se résume en quelques mots, martelés sur les 1 000 m2 de l’espace : “de – 30 à – 70 % de remise immédiate”, le tout servi par une couleur unique, le rouge. Dans la zone, l’actif est réduit au minimum. Quelques gondoles de récup’ pour le mural et des palettes pour les “tables” au centre. Pas franchement beau mais pas non plus complètement décalé du reste du magasin (j’ai volontairement laissé un large angle pour la photo ci-dessus pour apprécier l’état du carrelage). Côté produits, là ça part dans tous les sens. Et c’est naturel. Les invendus ont toujours plutôt l’air de “nanards” que de “stars”, c’est la loi du genre. Alors, évidemment, fin mai, des décorations pour Halloween ou pour Noël, ça sent un peu… le sapin ! Heureusement, quelques photophores “cœur” rendait l’espace déco moins daté (l’amour est éternel, dit-on…). Au-delà, cet outlet mélange allègrement jeux, jouets, cartables, peinture, petit outillage, auto et quelques grosses pièces d’électro-ménager (mais, pour le coup, sans une meilleure remise que l’ordinaire des rayons classiques des hypers) et de mobilier. Reste juste à savoir ce que Carrefour fera de ses zones une fois éclusées les réserves des hypers environnants. Une idée : et si Carrefour dédiait une petite équipe pour alimenter ces zones en achats d’opportunités sur le modèle des Noz, Action ou Stokomani par exemple…? Trois enseignes (pas complètement prises au hasard) dont la croissance insolente se fait pour partie au détriment des rayons non-al des hypers. En dix ans, de 2007 à 2017, les ventes de Stokomani sont par exemple passées de 100 millions à 372 millions. Forcément, ça fait réfléchir !

 

Un peu de scroll pour la visite en images…

IMG_8749 IMG_8750 IMG_8751 IMG_8752 IMG_8753 IMG_8754 IMG_8757 IMG_8763 IMG_8761 IMG_8759 IMG_8758 IMG_8760 IMG_8765 IMG_8766

 

Et comme la question viendra : non, il n’y a pas d’alimentaire dans cette zone. Même si certains produits sont tout à fait… éligibles. Exemple ces grands crus du rayon vins à l’autre bout du magasin. Qui pour acheter des flacons à l’étiquette aussi abimée pour la bagatelle de 60 € ? Probablement personne. Autant donc les déstocker ! 

IMG_8767IMG_8768 IMG_8769