Le , par
Carrefour face à des choix difficiles pour ses hypers

HypersCarrefour

Le T1 2018 s’est soldé par un recul historique des ventes des hypers Carrefour en France. Ce qui laisse à penser que, sur le fond, la situation ne s’améliore pas.

> Il y a bien l’effet de la grogne sociale (et de la grève dans nombre de magasins) sur le dernier week-end du trimestre, il n’empêche… La performance des hypers Carrefour sur le T1 2018 est décevante : – 2,3 % en comparable. Sur les cinq dernières années, c’est le troisième plus fort recul. D’autant plus décevant que l’historique était finalement plutôt favorable… Au T1 2017, les ventes avaient déjà reculé de 1,6 %.

> En deux ans donc, en comparable, les ventes ont baissé de près de 4 % sur le premier trimestre de l’exercice. Surtout (et à la différence des supers qui sont très régulièrement « en positif »), les hypers dessinent une tendance claire. Depuis 2013, les ventes reculent au moins un trimestre sur deux en moyenne. Depuis 2016, c’est le cas de 7 trimestres sur 9… Autant dire qu’il n’y a pas d’amélioration visible. Probablement parce qu’au-delà de l’enseigne, il y a bien un problème de… format.

> Par principe, les baisses de CA en comparable sont intenables dans le commerce car c’est un métier de volumes et le chiffre d’affaires n’est rien d’autre qu’un « diviseur de charges ». Le lien est donc immédiat (et disproportionné) avec le résultat. Même si Carrefour ne communique pas sur le profit de ses circuits en France, il est évident que les hypers ne peuvent pas s’inscrire en positif avec des ventes qui diminuent en comparable.

> En ce sens, Carrefour est confronté à des choix difficiles. Plus difficiles qu’annoncés dans le plan Bompard en début d’année. Dit clairement : réduire la surface de 100 000 m2 pour l’ensemble du réseau est largement insuffisant ; limiter les passages en location-gérance à 5 unités (et les repousser à la rentrée de septembre) est trop modeste ; et ne pas fermer les magasins structurellement non rentables est une concession sociale qui tourne à l’erreur eu égard à l’évolution actuelle du réseau. L’histoire montre que des choix difficiles (mais indispensables) deviennent toujours plus douloureux lorsque passe le temps. Et, au rythme actuel, le temps va… presser.

Extrait de VIGIE GRANDE CONSO. Plus d’infos sur VIGIE ici >>

Bloc promo newsletter Vigie