Le , par
SAMEDI CONSO : mon carnet (retail mais pas que…) de la semaine

SamediConso

SAMEDI CONSO : l’occasion de revenir sur la semaine, en totale liberté comme toujours… Et tant pis si ça pique !

 

SAMEDI

SamediAuchanStPriestAvousdecompterlesfeuilles

Stores-tour entre Lyon et Chambéry. Les magasins sont ouverts le 14 juillet, autant en profiter. Premier arrêt à Auchan Saint-Priest pour la rentrée des classes. Et premier étonnement : qui peut acheter une ramette de papier sans connaître le nombre de feuilles (sur le 80 g recyclé) ? Pas moi. Je passe mon tour. 

SamediIMG_1602

Stop à Bourgoin-Jallieu, un Leclerc à la pointe de ce que peut faire l’enseigne (j’y reviens en image sur le blog bientôt). Mais, voilà, même dans les hypers les plus aboutis, rien ne pourra jamais remplacer l’envie (ou non) d’un employé de bien faire (ou non !). Exemple avec cette TG en soft-drinks. Quel intérêt d’éditer pareille affiche pour le prix d’Oasis, Coca-Cola et Orangina ? Aucun. Répéter un même prix en petits caractères n’a jamais fait l’impact d’une offre. Sauf, évidemment, à ne pas être fier de ses prix (en plaçant ça sur ce terrain, je suis sûr de vexer du côté de Bourgoin et c’est tant mieux si mon observation est ainsi utile !). 

SamediIMG_1601 SamediIMG_1600

 

Arrivée à Chambéry. Carrefour fait vivre en magasin son “deal” avec Google.OK Google, ajoute du lait à ma liste de courses“. Alors qu’il est bon de s’extasier sur la révolution shopping à venir grâce aux assistants vocaux, perso, je n’y arrive pas (encore). Vieux con ? Sans doute. Surtout, j’ai trop chroniqué l’échec annoncé (et avéré) des scanettes pour courses drive (Izy, API et Pikit) pour me jeter sur le premier objet connecté venu, fût-il signé Google ou Amazon. Mais promis, je vais faire des efforts !

IMG_1649

 

DIMANCHE

DimancheIMG_1676

Jour de finale. France / Croatie, les Bleus contre les Rouges. En version grande conso, ça me rappelle le duel (mondial aussi) entre Pepsi et Coca. Dans cet Intermarché (Viviers du Lac), mon “FootTed” a choisi. Ce soir, la victoire est pour les Bleus. Allez la France. 

 

LUNDI

LundiIMG_1726

Auchan Supermarché, entre Paris et la Normandie pour les besoins de mon avant-dernière conférence de la saison. Coca-Cola est quasi absent des rayons. “Un problème de référencement“. Mais qui n’est pas fâché avec Coca en fait ??? 

 

MERCREDI

Mercredi

Toujours en magasin mais dans le Nord à présent. Encore Auchan (dans le Nord, faut pas s’étonner non plus !). Pour avoir élevé 3 enfants (et ne pas avoir perdu espoir de recommencer… tu vois le message pas caché chérie ?), j’ai bien remarqué que certaines fournitures scolaires sont assez “sexées”. Mais faut-il en rajouter par un merchandising un brin catégorique… Ici, donc, les agendas “fille”, là, la version garçon. Idem pour les trousses. J’imagine d’ici la tête des parents dont le p’tit garçon choisi sa trousse dans l’univers fille… Ou l’inverse, évidemment ! 

MercrediIMG_1828MercrediIMG_1825MercrediIMG_1826

 

La Foir’Fouille. Le genre de magasins (avec Gifi notamment) dans lesquels il faut aller régulièrement, ne serait-ce que pour ne pas passer à côté de produits qui changent réellement la vie. Ce jour-là, l’indispensable “cuit omelette baveuse au micro-ondes”. Et cette question existentielle : comment avoir vécu jusque là sans ? Ben, oui, comment j’ai fait ?

MercrediIMG_1861

Retour à Paris, Gare du Nord. Dans les couloirs du RER, je défaille. “Remise de parfums gratuit”. Mazette. Ce commerçant est un magicien ! Il remet des parfums gratuitement et semble en vivre. En fait, dans les lots de 4 parfums, les deuxièmes, troisièmes et quatrièmes sont offerts. A condition, naturellement, de payer le premier “plein pot”. Je n’ose imaginer si un distributeur classique s’aventurait dans pareille entourloupe… 

MercrediIMG_1888

 

JEUDI

JeudiIMG_1919

Les vacances, c’est l’occasion de faire tout ce que l’on a pas le temps de faire quand on travaille, dit-on ! Pour moi, c’est donc… travailler en magasins. Pas la peine de le cacher, j’adore ça. Donc, ce matin, c’est Géant qui m’accueille. Embauche à 6h pour remplir le rayon liquides jusqu’à l’ouverture. C’est fou comme on comprend toujours mieux le métier en le pratiquant ;-) Après ouverture, le drive pour la préparation des commandes. Là encore, parfait pour conforter mes convictions organisationnelles que je partage à longueur d’année sur les estrades. Je remets ça la semaine prochaine chez Carrefour ! 

JeudiIMG_1926

 

Quitte à recharger les rayons, autant regarder les produits. Je n’avais encore jamais remarqué qu’à l’heure où nombre de marques revendiquent le changement (nouveau goût, nouveau pack, nouveau ceci, nouveau cela), Panach’, lui, promettait le zéro changement. “Goût inchangé”.  

JeudiIMG_1916

 

Retour vers Paris. En chemin, stop à Auchan Nogent. Chez Camaïeu, dans la galerie, c’est la… 4e démarque dès le 19 juillet. Autant l’avouer, je n’avais encore jamais remarqué que certaines enseignes allaient jusqu’à 4 démarques (ou plus). C’est dire si les soldes ne sont plus ce qu’ils étaient.

JeudiIMG_2025

 

Après Nogent, Cora Creil, l’hyper qui vend vraiment de tout, même des poupées gonflables (pour çà, faut revenir lundi sur le blog, #teasing). Cora est en opération crédit gratuit : “Achetez maintenant, payez en septembre”. “Le chèque sera débité à partir du vendredi 28 septembre“, précise la traditionnelle astérisque. Au moins, impossible d’accuser Cora de surpromettre. Annoncer septembre et attendre le 28 pour encaisser le chèque, c’est limite du masochisme (aucun rapport avec le teasing précité). Je me demande quand même si encaisser le chèque le lundi suivant (1er octobre), n’aurait pas donné plus de valeur à l’offre : “Achetez maintenant, payez en octobre”. Mais, voilà, on a des principes chez Cora… Enfin, pas trop quand même, rendez-vous lundi… 

JeudiIMG_2037

 

VENDREDI

VendrediIMG_2048

Retour à Rennes. Gare Montparnasse, passage par le kiosque Relay pour la presse du jour. Voilà “Miaou”, “la revue pour ronronner de bonheur” destinée aux maîtres et à leur chat (si, si, c’est marqué dessus !). Déjà le numéro… 2. Et dire que j’ai manqué le numéro 1… Je m’en veux. Car qui peut être contre “ronronner de bonheur” ?