Le , par
Le nigaud que je suis…

YoplaitJe dois le confesser, parfois je me trouve vraiment très bête (j’aurais volontiers écris « très con » mais Mamie Dauvers passant de temps à autre ici, je m’en voudrais qu’elle change d’opinion sur moi à son âge et… au mien !). Donc, va pour « bête ». Mais alors vraiment beaucoup. Le contexte ? Ce yaourt Yoplait. La première fois que j’ai vu le produit en rayon, j’en ai déduis que Yoplait se lançait sur le segment des yaourts artisanaux, option fermiers. Tout y était : le conditionnement en deux pots « lourds », la promesse “à l’ancienne”, la recette au lait entier et à la crème, le prix qui va bien avec le positionnement (plus de 2 € les deux pots) et même, dans une lecture très rapide, une mention à ce que je pensais être le lieu de production (la « ferme »). Et puis, voilà, mardi, dans les rayons de ce Monoprix, une… fulgurance. Ferme ne qualifiait que la texture. Quel nigaud j’étais. A moins que le chef de produit Yoplait, jouant sur le double sens du mot « ferme », ne soit en fait plus finaud que je n’étais nigaud…