Le , par
SAMEDI CONSO : mon carnet (retail mais pas que…) de la semaine

Sans titre-1

SAMEDI CONSO : l’occasion de revenir sur la semaine, en totale liberté comme toujours… Et tant pis si ça pique !

 

SAMEDI

SamediIMG_5111 

Revue de prospectus pour savoir où aller faire ses courses. Le « pros » Leclerc donne bien envie ;-) 61 centimes pour Viva de Candia, enrichi en vitamines, c’est quand même au moins aussi intéressant que 99 centimes pour le lait C’est qui le patron, enrichi, lui, en valeur sociale.

 

 SamediIMG_5078

Je regrette déjà d’être allé chez Leclerc… On se fiche de moi. 4 paquets de BN + 1 gratuit pour 5,58 € (soit 1,40 € le prix théorique du paquet), c’est manifestement moi qui paye le cadeau que Leclerc me fait. Je me désole.

 

SamediCapture d’écran 2018-08-18 à 11.10.34 

Année après année, Carrefour refait le même coup et ses concurrents laissent faire. Pour ceux qui s’étonnent du niveau des écarts dans ces pubs comparatives « rentrée des classes » (ou pour les concurrents qui voudraient le faire l’an prochain, ne serait-ce que pour annihiler l’effet de la pub Carrefour), décryptage… Dès juin, Carrefour baisse le prix de quelques produits de rentrée qui seront en promo catalogue deux mois plus tard. Chez les concurrents, les mêmes produits sont encore en prix fond de rayon. Carrefour mandate un « organisme indépendant » pour relever les prix sur ces produits et, hop, c’est dans la poche. Hey !, Auchan, Leclerc, Géant et consorts, faudrait voir à se réveiller. Ca fait trois ans que ça dure.

LUNDI

IMG_5120 

Promo Lidl sur le haché de bœuf. Et relais radio, toujours avec le même scénario (de mémoire). L’employé : « Patron, y’a Lidl qui fait le haché de bœuf en barquette de 1 kg à 5,79 € ». Le patron, à l’autre bout du fil. « Ah !, la vache ». L’employé, aussitôt : « Non, non pas de la vache, du bœuf, et origine France en plus ». Sous couvert d’humour, Lidl suggère donc qu’il n’y a pas de vache (de réforme) dans son haché de bœuf. Ce qui est évidemment hautement improbable. La frontière de la publicité mensongère n’est pas loin, si elle n’est pas franchie… Et je comprends mieux, avec le recul, pourquoi Lidl a refusé de communiquer le script du spot radio. Et j’vous dis pas les fallacieux prétextes utilisés… Comme si l’enseigne n’était pas à l’aise. 

 

MARDI

IMG_5143 

Déjeuner chez Carrefour à Massy. Au restaurant des « invités », on mange Carrefour et on boit Carrefour. Et à prix… discount. 1,31 € le verre de Côtes de Provence c’est donné ! Par contre, faut vite revoir la politique marchandises… Pas de beurre salé. Le Breton, même d’adoption, est contrarié. Panique en cuisine ! Mais tout problème a sa solution. Cinq minutes plus tard, voici donc du beurre salé fait maison. Rien à dire sur le… Penser-Client ! Puisse-t-il infuser sur le terrain.

IMG_5146

 

Leclerc Outreau. Passage par la cave. Et ce détail : l’hyper a « sacrifié » un ou deux niveaux de vente dans sa cave avec des meubles à un mètre de hauteur seulement. Une « perte » en surface d’exposition. Mais un bien meilleur impact de l’ensemble de la cave.

IMG_5234 

 

MERCREDI

IMG_5250

Auchan. J’ai connu plus « nouveau » comme produit que l’Activia vanille. A moins que la nouveauté soit que Danone achète pour la première fois de l’affichage rayon à la régie pub d’Auchan.

 

JEUDI

sdr 

Un Leclerc des Hauts-de-France. C’était déjà pas la folle ambiance entre l’enseigne et Coca-Cola. Pas sûr que ces bouteilles manifestement défraîchies (par des semaines d’exposition de la palette au soleil de la réserve extérieure ?) soient du goût de Coca-Cola. C’est pourtant ainsi que Leclerc tente de les vendre.

 

dav 

Toujours chez Leclerc. Toujours le sujet Coca-Cola (OK, ça peut être perçu comme une obsession ou de la… constance dans l’observation). Faudrait quand même prévenir les commerciaux Coca qu’ils peuvent désormais re-traîner leurs guêtres chez Leclerc. Et… faire le ménage !

 

Herta 

Leclerc encore. Grand classique : le prix du « sans ». Toujours gênant quand ça se voit autant. Donc, au choix ici, des lardons avec nitrite à 1,82 € la barquette de 200 g ou sans nitrite à 2,04 € mais avec 50 g de moins (150 g). Soit la bagatelle de 50 % de plus.

 

IMG_5319 

Stratégies dans la boîte-aux-lettres. Et l’occasion de vous parler de l’un des deux « aînés » qui m’ont formé. A droite, Régis Ravanas, patron de TF1 Publicité et, à ce titre, bras droit de Gilles Pélisson (à gauche, le boss de la maison). En 1989, Régis était rédacteur-en-chef adjoint de Linéaires lorsque j’ai rejoint la rédaction en qualité de stagiaire. En 2001, alors que j’étais moi-même rédacteur-en-chef de Linéaires, il m’a appelé à ses côtés à M6 pour diriger M6 Éditions, la branche presse de ce qui n’était encore qu’une petite chaîne qui montait. L’expérience fût un relatif échec mais m’a conforté dans mon peu d’intérêt pour le management/la gestion et mon intérêt à nul autre pareil pour le commerce et la conso. Voilà comment est née la TPE Dauvers et mon choix de ne travailler qu’avec des associés et, ce, à toute petite échelle. Donc, rien que pour m’être planté à M6, merci Régis !

 

VENDREDI

IMG_5329 

7h du mat’. Percy, un p’tit bourg de la Manche dont l’Intermarché m’accueille pour ma dernière journée « ouvrier » de l’été. La cinquième. L’équivalent d’une semaine de… vacances. A quelques secondes d’embaucher, le même plaisir de vivre le commerce.

 

IMG_5338 

Première mission : la préparation drive. Autant profiter de l’avant-ouverture pour ne pas être « importuné » par les clients (et vice-versa d’ailleurs). Ma conviction est faite sur le store-picking. Mais mieux vaut encore un drive « artisanal » que pas de drive du tout. Ici, le on-line pèse 7 % du CA. Quel commerçant peut s’asseoir sur 7 % de son CA aujourd’hui ? Sans transition (et pour balayer toutes les remarques justifiées qui pourraient pleuvoir, et à juste titre) : oui, y’a plus malin que de montrer ses cuisses pour “représenter” un magasin ;-) Je ferai mieux la prochaine fois. 

 

IMG_5337 

Avec la parfumerie, voici la catégorie la plus chronophage en store-picking. Les conserves de poisson. Un nombre incalculable de références, évidemment aucune « adresse » précise pour le picking, pas de photo (ça, les gars du SI Intermarché, faut revoir votre interface préparateur), c’est « demmerde toi Coco ». Alors, forcément, ma productivité en prend un sacré coup.

 

IMG_5399 

Passage par la caisse. Et une question à Coca-Cola (non, j’vais pas vous demander pourquoi vous êtes fâchés avec Intermarché à présent, ma question est beaucoup plus « métier ») : pourquoi n’y-a-t-il pas de gencod détachable sur les packs ? Parce que 8 bouteilles de 1,75 l, ça fait quand même 14 kg à sortir du chariot et à passer en caisse. Evidemment trop pour mes p’tits bras frêles.

 

IMG_5418 

C’est fou ce qu’on apprend en caisses, pour un peu que l’on s’intéresse aux produits que l’on scanne. Ici, visiblement, y’a du mariage dans l’air !

 

IMG_5397 

Fin de journée et coup de cœur. Au centre, Shirzad, un « réfugié ». Juste envie de vous parler de son parcours et du rôle de l’adhérent, Florian Nicolas (à droite donc). Shirzad a 23 ans, est Afghan, a vécu des choses irracontables et a fui son pays pour demander l’asile à la France. Débarqué en Normandie sans attache et sans un mot de français, le voilà désormais en CDI ici à l’Intermarché après un parcours initiatique entamé il y a deux ans et toutes les taches possibles assumées. “Toujours avec une incroyable envie“, dixit l’adhérent. Y compris lorsque, pour gérer les dates en ultra-frais, Shirzad retournait les packs, faut de lire naturellement de gauche à droite ! Il en rigole aujourd’hui, d’où la photo avec un pack Pâturages.