Le , par
Intermarché, Coca-Cola, EGA : c’est (déjà) parti pour les noeuds au cerveau !

bmd

Le 1er janvier (date de l’application des EGA sur la générosité maximum de 34 %) est encore devant, voici déjà les premières questions. Intermarché a ainsi diffusé cette semaine son tract valable du 27 décembre au 6 janvier. Un tract truffé d’offres en apparence hors la loi à partir du 1er janvier : 1 pour 1 (Liebig), – 80 % sur le second produit (Mini BN), – 50 % de remise immédiate (Spécial K) ou encore – 50 % en avantage carte (BN). Certes, l’opération démarre en décembre. Mais elle est annoncée jusqu’au 6 janvier. Les magasins iront-ils jusqu’à retirer  des rayons les offres le mercredi 2 janvier pour éviter tout tracas administratif ?

Chez Coca-Cola (ci-dessous), le “pont” entre 2018 et 2019 encore plus large : du 10 décembre au 15 février pour une très spectaculaire de remboursement intégral. Le pack de 8 x 1,75 l, vendu environ 15 €, porte une offre de remboursement de… 15 €. Autrement dit : la promesse d’un remboursement à 100 %. Bien sûr, c’est plus subtil qu’un passage gratis en caisses. Le client reçoit après l’achat trois bons de réduction de 5 €, valable sur les produits Coca-Cola (marques annexes comprises). Dans les faits, qu’est-ce qui différencie l’offre de Coca-Cola d’une une opération bons d’achat ou cagnottage sur la carte de fidélité d’une enseigne ??? Pas net net ! En forçant (à peine) le trait, un – 50 % en différé de Leclerc sur Ricard serait plus “légal” puisque le client n’est pas dans l’obligation de racheter un produit spécifique (compliquant de fait le calcul de la générosité réelle sur l’offre initiale).

Naturellement, inimaginable que les services juridiques de Coca-Cola comme d’Intermarché n’aient pas été consultés. Ils ont donc jugé l’opération conforme ! A défaut d’être certain de la justesse de leur position, la seule certitude est bien que le temps est venu des nœuds au cerveau. Pour le plus grand bonheur des… avocats, bien davantage que des paysans. 

IMG_3345-2IMG_3346-2