Le , par
Comment Leclerc et ses fournisseurs contournent tranquillement (et légalement) les EGA

LeclercProspectusS3

“Résolution 2019 : vos marques préférées toujours à prix Leclerc”. C’est donc l’un des prospectus de la semaine. Et un prospectus totalement EGA-compatible puisqu’aucune remise ne dépasse le nouveau plafond de 34 %. Forcément, un tel légalisme, ça intrigue… ;-) Et ça motive pour aller plus loin que les apparences. D’où le p’tit exercice à laquelle j’ai pris plaisir : comparer le prix remise déduite le 15 janvier (jour de démarrage du prospectus) avec le prix du même produit la veille. Et ça n’a pas manqué… : le prix du 15 janvier était plus de 34 % inférieur au prix du 14 janvier. Explication toute simple : le prix de départ de la promo est plus bas que le prix habituel, ce qui permet de respecter les 34 % de générosité. Exemple avec la purée Mousline au lait. La remise de 34 % s’applique sur un prix annoncé de 1,75 €. Or le prix le plus couramment pratiqué chez Leclerc le 14 janvier était… 1,92 €. Résultat : l’avantage consommateur atteint 40 % et non plus 34 %.  Un habile contournement qui est totalement imprenable si les gencods sont différents via une offre découverte ou autre sémantique du genre. Donc avec la complicité des industriels. Cas de figure similaire sur les lots (ici les croutons et les soupes) : le produit débarque pour la promo en version x 2 mais avec un bénéfice nettement supérieur à 34 %. La soupe Liebig par exemple : 1,76 € la brique mardi, 1,91 € les deux briques mercredi. Légalement irréprochable mais un peu voyant quand même.